Un nouveau modèle peut parvenir à la santé pour tous en Afrique

Pour de nombreuses personnes, le déploiement des vaccins COVID-19 en moins d’un an a marqué le début de la fin de la phase aiguë de la pandémie. Mais pas pour l’Afrique. Dix-huit mois après l’approbation des premiers vaccins, seuls 16 % de la population du continent ont été entièrement vaccinés, en grande partie en raison d’un manque de soutien international constant dans l’acquisition et le déploiement des vaccins.

Les institutions régionales africaines ont été des leaders mondiaux dans la réponse aux défis liés à la pandémie au niveau local. Par exemple, les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies ont joué un rôle central dans la coordination d’une stratégie pandémique continentale. Le Partenariat panafricain pour accélérer les tests COVID-19 a considérablement augmenté la capacité de test dans 43 pays, fournissant plus de 90 millions de kits de test. L’Union africaine a formé un partenariat avec Africa CDC, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et la Banque africaine d’import-export pour créer une plateforme numérique pour l’achat à guichet unique de fournitures médicales.

Une nouvelle approche

Mais l’exemple peut-être le plus puissant de l’approche du bien commun de l’Afrique face à la pandémie est le partenariat du gouvernement sud-africain avec le CDC africain, l’Organisation mondiale de la santé et d’autres parties prenantes pour étendre la capacité des pays à revenu faible et intermédiaire à produire leurs propres vaccins à ARNm. À une époque où certains géants pharmaceutiques des pays riches thésaurisent la technologie, de tels efforts répondent à un besoin critique.

Voici une vidéo en anglais relatant ces faits :

Il y a également eu un leadership dynamique au niveau national, où les approches pangouvernementales se sont avérées très efficaces. Au Togo, par exemple, le ministre de l’Information a travaillé dans tous les départements, du bureau du président et du ministère des Finances à la poste, pour mettre en place un programme de transfert d’argent numérique qui a fourni une aide d’urgence à des centaines de milliers de personnes au cours de ses deux premiers mois.

Le pouvoir de l’intelligence collective

Plus largement, la réponse de l’Afrique au COVID-19 a démontré le pouvoir de l’intelligence collective pour faire avancer l’objectif de la santé pour tous au sein et entre les gouvernements. Il a illustré la valeur des politiques d’innovation conçues pour faire progresser le bien commun, plutôt que d’encourager la poursuite du profit privé et de demander ensuite au secteur public d’intervenir pour corriger les défaillances du marché prévisibles. En identifiant et en travaillant vers des objectifs collectifs, tels que le développement d’un vaccin africain à ARNm ou l’augmentation de la capacité de test, tous les pays du continent sont en mesure de récolter les bénéfices de nouveaux biens publics.

Mais l’expérience du COVID-19 en Afrique a également démontré que l’innovation coordonnée du secteur public pour le bien commun ne suffit pas. Les pays ont également besoin d’une capacité budgétaire pour investir sérieusement à long terme dans la santé et la préparation et la riposte aux pandémies.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.