Tanzanie : le changement de stratégies de Magufuli sur le coronavirus rétablira-t-il la confiance dans le pays ?

La Tanzanie, le plus grand pays d’Afrique de l’Est, nuit à sa réputation dans la région en raison de sa gestion de la pandémie de Covid-19. Le récent revirement du président John Magufuli fera-t-il une différence ?

Après que la région a signalé son premier cas de coronavirus en mars 2020, la Tanzanie a et continue de marcher seule après que le président Magufuli ait refusé de se joindre à ses homologues régionaux pour adopter une position commune contre le virus. Mais après des mois à nier l’évidence, plusieurs hauts fonctionnaires, anciens et actuels, sont morts de ce que beaucoup soupçonnent d’être un coronavirus. Le gouvernement n’a pas commenté ce qui a tué les hauts fonctionnaires.

Des méthodes peu conventionnelles

Les hauts responsables décédés comprennent: le secrétaire en chef de la State House John Kijazi, l’ancien vice-ministre des Finances Gregory Teu, l’ancien gouverneur de la Banque de Tanzanie Benno Ndulu et le premier vice-président de Zanzibar Maalim Seif Sharrif Hamad, dont le parti ACT Wazalendo a confirmé qu’il avait été testé positif pour Covid-19 juste avant sa mort.

Voici les propos du président concernant le vaccin :

S’exprimant lors des funérailles de Kijazi, Magufuli a exhorté les Tanzaniens à participer à trois jours de prière pour les maladies respiratoires qui étaient devenues un défi en Tanzanie.

Les autorités demandent aux médecins de s’abstenir de désigner des maladies respiratoires non spécifiées comme Covid-19 ou d’accepter des patients qui prétendent présenter des symptômes spécifiques au virus.

L’économie sur les vies

Plutôt que d’opter pour un verrouillage ou un couvre-feu comme l’ont fait les pays voisins, Magufuli a déclaré très tôt la Tanzanie indemne de coronavirus après trois jours de prières. En mai 2020, l’administration Magufuli avait cessé de tester les personnes et de publier des données sur le nombre d’infections. À ce moment-là, le pays avait signalé 509 cas avec 21 décès. Alors que d’autres pays ont signalé de nouveaux cas, des récupérations et des décès et ont même pris des mesures telles que des tests à leurs frontières, les responsables tanzaniens dansaient et chantaient que Covid ne pouvait pas survivre dans leur corps après les prières.

Mais l’analyste diplomatique et politique Wetengere Kitojo à Dar es Salaam dit que contrairement à ce que certains croient, la Tanzanie respecte toutes les directives émises par des experts de la santé. Indépendamment de ce que disent les autres dans la région, le gouvernement est sérieux dans la protection des gens d’une manière qui n’affecte pas l’économie. La Tanzanie ne devrait pas être dictée à ce sujet.

La Tanzanie met ses voisins en danger

Dans une déclaration publiée le 21 février, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom, a qualifié la situation en Tanzanie de préoccupante et l’a exhorté à suivre des protocoles scientifiques. Cela souligne la nécessité pour la Tanzanie de prendre des mesures énergiques à la fois pour protéger sa propre population et protéger la population de ces pays et au-delà.

Le jour même de la déclaration de l’OMS, Magufuli a légèrement modifié son discours habituel concernant Covid. Après des mois de refus d’imposer un verrouillage ou de divulguer des données sur la hausse des cas, il est sorti d’un service religieux demandant aux Tanzaniens de mettre des masques fabriqués localement au lieu de ceux importés

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *