Éthiopie : les défis de la libéralisation de l’économie

Le gouvernement du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait tenté de trouver le bon rythme de réforme avant que le conflit au Tigray n’éclate en novembre, jetant un voile sur les projets d’Abiy, lauréat du prix Nobel de la paix.

L’État a joué un rôle majeur dans la transformation économique de l’Éthiopie, en construisant des parcs industriels, en modernisant le chemin de fer Éthiopie-Djibouti et en gérant un monopole des télécommunications et la première compagnie aérienne africaine Ethiopian Airlines.

L’administration Abiy prévoyait d’ouvrir nombre de ces secteurs aux investisseurs étrangers. Addis-Abeba a annulé la privatisation d’Ethiopian Airlines mais dit qu’elle poursuivra la privatisation partielle d’Ethio Telecom et délivrera également deux nouvelles licences de télécommunications.

Une stratégie pas très claire

Le raisonnement du gouvernement pour ouvrir l’économie n’est parfois pas clair. Lorsqu’elle a annulé son intention de vendre une participation minoritaire dans Ethiopian Airlines en octobre, le ministre des Finances Ahmed Shide a déclaré que la compagnie aérienne semble solide.

Voici la politique du nouveau dirigeant à ce sujet :

La compagnie aérienne a mieux performé que ses pairs africains et ses finances n’étaient pas au premier plan des explications du gouvernement sur son programme de privatisation.

La Commission éthiopienne d’investissement, une agence gouvernementale indépendante chargée d’attirer les investissements dans le pays, a introduit de nouvelles réglementations afin d’inviter de nouveaux acteurs. Il s’agit notamment de membres de la diaspora éthiopienne, qui avaient auparavant été empêchés d’investir dans la plupart des secteurs locaux.

Diaspora en diapason

Cette décision a été bien accueillie par des analystes, dont Zemedeneh Negatu, un entrepreneur éthiopien-américain qui soutient que l’expérience internationale de la possession ou de l’exploitation d’entreprises sophistiquées à l’étranger pourrait être transformatrice pour les start-ups ou même les entreprises bien établies.

Les entreprises avec des dirigeants qualifiés ont toujours une probabilité beaucoup plus élevée d’attirer des capitaux de fonds de capital-investissement et d’autres investisseurs, car la durabilité et la création d’institutions prospères dépendent du talent, en particulier dans des secteurs hautement compétitifs tels que les services financiers, la technologie et les télécommunications.

La diaspora éthiopienne réagit déjà aux mesures prises par le gouvernement. Black Rhino, un groupe d’investissement américain dirigé par l’entrepreneur éthiopien-américain Mimi Alemayehou, envisage d’investir dans le secteur de la production d’électricité en Éthiopie, ainsi que dans son secteur financier.

Bourse éthiopienne

L’Éthiopie prépare le terrain pour créer sa bourse – une décision attendue depuis longtemps. Bien que cela devrait stimuler les investissements étrangers, il est probable que cela attirera également l’attention des courtiers internationaux, des consultants et des investisseurs en actions, qui seront autorisés à négocier.

Dans un premier temps, la Banque nationale d’Éthiopie a rédigé un projet de loi visant à créer une autorité du marché des capitaux, qui devrait être légiférée.

L’Autorité réglementera le secteur financier local et supervisera la manière dont les obligations et les actions seront négociées. Il fournira la licence pour la création de la Bourse éthiopienne, avec une part comprise entre 5 % et 25 % allouée au gouvernement.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *