Une histoire de succès et de nouveaux défis au Sénégal

Salatou Sambou, pêcheur et père de cinq enfants, est impliqué dans l’APAC (Aire de Conservation Indigène et Communautaire) de Kawawana au Sénégal depuis 2008. L’un des premiers membres du consortium APAC, il est aujourd’hui leur coordinateur régional pour les écosystèmes marins et côtiers en Afrique de l’Ouest. Grâce aux efforts des pêcheurs locaux et des communautés Jola de la Basse Casamance, le consortium a pu donner vie à l’ICCA de Kawawana.

Aujourd’hui, après être devenue la première APAC officiellement reconnue par les autorités régionales du Sénégal, Kawawana couvre une zone côtière et maritime de 9 665 hectares entièrement gouvernée, gérée et entretenue par les communautés locales.

Un long travail

Des années de travail acharné ont permis le retour de la faune dans les habitats fluviaux et marins de Kawawana, ce qui a valu au projet une reconnaissance internationale. Les eaux saumâtres de la région abritent un écosystème unique et fragile fortement menacé par l’activité humaine. Les pêcheurs locaux ont décidé d’agir pour protéger leur territoire et leur source de vie et ont réussi à trouver un équilibre entre leur besoin de ressources et la nécessité de protéger la faune. Depuis le dernier rapport de Mongabay sur la zone conservée en 2018, un certain nombre de réalisations ont été réalisées, et un certain nombre de défis émergent.

Voici une vidéo relatant la croissance du pays :

Aujourd’hui, les rivières de l’APAC comptent deux fois plus d’espèces de poissons qu’il y a 10 ans, dont des espèces telles que le renard géant (Polydactylus quadrifilis) et la courbine de manioc (Pseudotolithus senegalensis). Kawawana s’est élargi pour inclure trois domaines d’intérêt : la rivière, les terres (couvrant une superficie de 20 000 hectares) et un fonds communautaire. Ceci est important, car l’ICCA n’était initialement impliquée que dans les questions affectant les voies navigables. En créant ces zones d’intervention, l’ICCA vise à étendre les zones locales de conservation de la biodiversité tout en offrant des opportunités aux villageois qui ne vivent pas nécessairement de la pêche.

Des projets qui vont aider le pays

Grâce à ces projets de sensibilisation, la vie des habitants de Kawawana s’est considérablement améliorée. Le départ des jeunes vers les métropoles a diminué et le fonds communautaire a permis à environ 250 personnes de monter des projets d’entreprise, selon un rapport de Christian Chatelain et Sylvie Trécourt publié en mars 2021.

Mais les succès de l’ICCA ne sont pas venus facilement. Les problèmes incluent un exode des jeunes, ainsi que l’indifférence de l’État et des autorités locales envers les braconniers. La pression du braconnage est particulièrement forte tant sur le fleuve que sur terre, y compris la pêche illégale et non réglementée, ainsi que la coupe du bois et les feux de brousse. De plus, comme de nombreuses aires protégées dans le monde, le changement climatique et la pandémie de COVID-19 ont eu un impact significatif sur la conservation.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.