L’Afrique du Sud a-t-elle été ignorée après la présentation de preuves sur l’Omicron ?

Des scientifiques sud-africains, salués au niveau international pour avoir détecté pour la première fois la variante Omicron, ont accusé les nations occidentales d’ignorer les premières preuves que la nouvelle variante de Covid était considérablement plus douce que celles qui ont provoqué les vagues précédentes de la pandémie.

Deux des plus éminents experts sud-africains en matière de coronavirus ont déclaré que le scepticisme occidental à l’égard de leur travail pourrait être interprété comme raciste ou, du moins, comme un refus de croire la science parce qu’elle vient d’Afrique. Il semblerait que les pays développés ont eu des difficultés à faire confiance aux recherches faites par les pays africains. La dernière vague de Covid en Afrique du Sud, qui a commencé fin novembre 2021, diminue maintenant aussi fortement qu’elle a augmenté autrefois et devrait être déclarée terminée, à l’échelle nationale, dans les prochains jours.

Les données ont rencontré le scepticisme

Les prédictions qu’ils ont faites début décembre tiennent toujours. Omicron était moins sévère de manière spectaculaire. Le virus évolue pour s’adapter à l’hôte humain, pour devenir comme un virus saisonnier, a déclaré le professeur Marta Nunes, chercheuse principale au Vaccines and Département d’analyse des maladies infectieuses de l’Université de Witwatersrand.

Voici une vidéo en anglais parlant de ces nouvelles :

L’OMS continue de mettre en garde contre le fait d’appeler Omicron doux, soulignant que sa transmissibilité élevée provoquait un tsunami dans le monde entier, menaçant de submerger les systèmes de santé. Le taux de mortalité est complètement différent avec Omicron. Ils ont constaté un taux de mortalité très faible, a déclaré le professeur Karim, qui a souligné les dernières données montrant que les admissions à l’hôpital étaient quatre fois moins élevées qu’avec Delta, et le nombre de patients nécessitant la ventilation était également réduite. Il n’a même pas fallu deux semaines avant que les premières preuves ne commencent à apparaître qu’il s’agit d’une maladie beaucoup plus bénigne. Et lorsqu’ils ont partagé cela avec le monde, il y avait un certain scepticisme, a ajouté le professeur Karim.

Plus de confinement

Le gouvernement sud-africain a refusé d’introduire des restrictions plus strictes pendant la vague Omicron et a amèrement critiqué les gouvernements étrangers pour leur imposition initiale d’interdictions strictes de voyager depuis la région. Les scientifiques ici ont généralement bien accueilli la réponse légère du gouvernement et soutiennent maintenant que d’autres pays feraient bien de suivre son exemple.

Le professeur Madhi s’est également dit préoccupé par le fait que des messages mitigés sur le succès croissant de l’Afrique du Sud dans la lutte contre la pandémie pourraient réellement diminuer la confiance dans les vaccins malgré le fait qu’ils savent que les vaccins préviennent les maladies graves. Bien que l’Afrique du Sud soit loin derrière des pays comme le Royaume-Uni en termes de taux de vaccination, au moins les trois quarts de la population bénéficient désormais d’une protection significative contre une combinaison d’infections et de vaccinations antérieures.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

2 réflexions sur “L’Afrique du Sud a-t-elle été ignorée après la présentation de preuves sur l’Omicron ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.