Les énergies renouvelables en Afrique

La contribution de l’Afrique aux émissions de gaz à effet de serre a toujours été négligeable et représente actuellement moins de 2 % du total mondial.

Dans le même temps, les pays africains devraient collectivement s’engager à réduire la contribution du continent aux émissions de gaz à effet de serre de 32 % d’ici 2030, grâce à une stratégie qui sera présentée à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques avant la COP26 en novembre 2021.

Contrairement à sa contribution aux émissions, les impacts du changement climatique sur l’Afrique ont été d’une gravité disproportionnée, et on craint que le continent ne porte une grande partie du fardeau du changement climatique, surtout si le monde ne parvient pas à limiter les augmentations supplémentaires des températures moyennes. 

Facteurs stimulant la demande de sources d’énergie renouvelables

Les impacts du changement climatique en Afrique comprendront probablement une baisse des rendements des cultures, une baisse de la productivité agricole et de la main-d’œuvre et des dommages à la santé humaine. Une augmentation de trois degrés Celsius (l’hypothèse s’il n’y a pas de changements majeurs dans les tendances sociales, économiques et technologiques mondiales) devrait réduire le produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique de 8,6 % par an après 2100. Limiter l’augmentation aux 1,5 degrés Celsius spécifiés dans l’Accord de Paris fera beaucoup moins de mal, ne réduisant le PIB que de 3,8 % par an après 2100.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Le manque d’accès à l’électricité n’est que l’un des défis auxquels l’Afrique est confrontée, mais c’est l’un des obstacles les plus importants au développement socio-économique. Et la transition de l’énergie générée par les combustibles fossiles à l’énergie générée par les ressources renouvelables comporte ses propres défis.

Les impacts de la pandémie de COVID-19 ont poussé les niveaux de la dette souveraine africaine à des niveaux sans précédent, au moment même où davantage d’investissements sont nécessaires pour combler le déficit énergétique et infrastructurel avec les énergies renouvelables. La justification de l’aide du monde développé est à la fois morale et pratique : morale, parce que l’industrialisation dans le monde développé a causé les dommages induits par le climat dont souffre l’Afrique ; et pratique, car l’instabilité et les conflits accrus en Afrique auront un impact sur le monde développé, en particulier l’Europe, avec une augmentation des migrations et des problèmes de sécurité qui se propageront bien au-delà de l’Afrique.

Options pour les énergies renouvelables en Afrique

Avec sa forte offre de ressources éoliennes, solaires, hydroélectriques et même géothermiques, l’Afrique offre un grand potentiel de déploiement et d’investissement dans les énergies renouvelables.

L’amélioration de l’accès à l’électricité sur l’ensemble du continent est un objectif central de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et des plans de développement nationaux de presque toutes les nations africaines. La technologie des énergies renouvelables a un rôle crucial à jouer dans la réalisation de ces objectifs.

L’hydroélectricité offre des solutions viables pour jusqu’à un tiers des nations africaines. Sur un continent où des sécheresses fréquentes et graves sévissent dans de nombreuses régions, l’utilisation des rivières pour la production d’électricité peut être controversée. Les impacts environnementaux et socio-économiques de l’inondation de vastes bassins versants atténuent également les grands projets hydroélectriques là où d’autres options viables existent. Comme avec d’autres modèles de production d’électricité centralisée, les réseaux de distribution associés aux grands projets hydroélectriques sont coûteux à la fois à construire et à entretenir. Ils représentent également des risques pour la sécurité dans certaines parties du continent où sévissent des troubles sociaux.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.