Le Nigeria croule sous la criminalité, peu d’emplois

S’il y a bien eu un moment où le Nigeria aurait pu décoller, c’était en 1999. La démocratie avait été restaurée, avec la réouverture de son économie après des décennies de mauvaise gestion et de pillage sous les dictatures militaires.

Tomi Davies, un analyste de systèmes, faisait partie des milliers de Nigérians qui sont rentrés chez eux pour aider à reconstruire le pays. Après quelques années à travailler sur des projets du secteur public, on lui a offert un sac plein de dollars pour ajouter des employés fantômes au système de paie qu’il installait. Devant son refus, un groupe d’hommes l’a attaqué à son domicile dans la capitale, Abuja.

D’autres comme lui sont partis aussi, vaincus par les aspirations déçues d’une nation qui n’était pas censée évoluer ainsi. Doté de certaines des plus grandes réserves de pétrole au monde, de nombreuses terres arables et d’une population jeune et férue de technologie de 206 millions d’habitants qui définit les tendances de la musique et de la mode en Afrique, le Nigéria avait le potentiel pour percer sur la scène mondiale.

Capitale de la pauvreté

L’économie ne s’est pas encore remise du krach pétrolier de 2014, et il est peu probable qu’elle le fasse de si tôt, ce qui signifie que sa population continuera à dépasser le rythme de l’expansion économique, ajoutant encore plus de pauvres à ce qui est déjà la capitale mondiale de la pauvreté. Plus de 90 millions de personnes vivent dans la misère, plus que l’Inde, qui a une population sept fois plus nombreuse.

Voici une vidéo montrant la pauvreté au Nigeria :

Un porte-parole présidentiel a renvoyé des questions à l’équipe économique du gouvernement. Le ministère des Finances et la banque centrale n’ont pas répondu à plusieurs demandes de commentaires. Le coronavirus n’a fait qu’empirer les choses. Les revenus personnels devraient tomber à leur plus bas niveau en quatre décennies, plongeant 11 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté d’ici 2022, selon la Banque mondiale. Un Nigérian sur trois dans la population active est au chômage, parmi les taux de chômage les plus élevés au monde, attisant le mécontentement social et l’insécurité.

Les erreurs politiques du président Muhammadu Buhari ont compliqué la voie de la reprise. Il est arrivé au pouvoir en 2015 en s’engageant à créer 12 millions d’emplois au cours de son premier mandat de quatre ans ; à mi-chemin de son second mandat, le chômage a plus que quadruplé.

Fusion de la sécurité

La méfiance envers l’État et la pauvreté sèment la violence. Une insurrection djihadiste qui dure depuis une décennie dans le nord-est fait rage malgré les affirmations de Buhari d’avoir vaincu les militants de Boko Haram en 2015. La piraterie a également fait du golfe de Guinée l’une des eaux les plus dangereuses du monde, tandis qu’à l’intérieur des terres, un conflit mortel entre éleveurs nomades et agriculteurs au milieu du pays se déplace vers le sud. Une nouvelle rébellion séparatiste émerge dans le sud-est, où une tentative sécessionniste de créer la république du Biafra a déclenché une guerre civile dans les années 1960.

Les enlèvements ont atteint leur plus haut niveau depuis au moins une décennie, selon les données de l’Armed Conflict Location & Event Data Project. Près de 900 élèves ont été retirés des écoles lors d’enlèvements massifs depuis décembre, selon les Nations Unies.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.