Les crypto-monnaies comme le Bitcoin vont-elles s’envoler en Afrique ?

En septembre 2021, les utilisateurs africains vivant sous le Sahara ont accumulé 80 millions de dollars de crypto-monnaie, selon UsefulTulips, un analyste de marché. C’était une hausse de 20 % par rapport au mois précédent. Et c’était pour la première fois, supérieur au montant en dollars de crypto-monnaie accumulé par les utilisateurs aux États-Unis.

Non seulement le marché africain de la crypto-monnaie a augmenté de plus de 1 200 % en valeur reçue au cours de l’année écoulée, mais la région a également l’une des adoptions populaires les plus élevées au monde, avec le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud et la Tanzanie se classant tous dans le top 20 de Global Crypto Adoption Index.

Réaction africaine : de l’interventionnisme au laissez-faire

Les réactions des autorités centrales ont varié. Le Kenya adopte son approche habituelle de non-intervention, comme il l’a fait pour l’argent mobile il y a dix ans. Cela a permis l’éclosion d’un autre type de transfert d’argent de pair à pair : le succès international connu sous le nom de M-Pesa. Alors qu’il a mis en garde en 2015 contre les dangers du Bitcoin, Patrick Njoroge, le banquier central du Kenya, n’a pas tenté de manière agressive de stopper son utilisation.

Voici comment acheter des crypto-monnaies sur le continent :

Le Nigéria adopte son approche interventionniste habituelle, en tout cas, c’est la position à laquelle les Nigérians se sont habitués sous l’administration Muhammadu Buhari. En février 2021, la banque centrale a interdit aux banques de faciliter les paiements pour les échanges de crypto-monnaie. La question est quelque peu compliquée par le fait que les organisateurs politiques nigérians ont utilisé des crypto-monnaies pour financer la campagne #EndSARS qui a mis en lumière la brutalité policière.

Les raisons de cette popularité

Blockchain, la technologie de grand livre distribué qui rend possible le Bitcoin et d’autres cryptos, peut guérir de multiples maux, affirment les évangélistes. Prenez le cauchemar qu’est le paiement transfrontalier en Afrique. La grande majorité des commerçants transfrontaliers sur le continent ont de petits chiffres d’affaires. Les banques traditionnelles ont besoin de réseaux de correspondants bancaires coûteux et de règlements SWIFT, qui sont hors de portée pour la plupart de ces entreprises.

Les crypto-monnaies entrent donc en jeu. À la recherche de méthodes de paiement alternatives, les hommes d’affaires nigérians règlent, de manière anecdotique, des comptes transfrontaliers avec Bitcoin, en utilisant des services de messagerie privés comme WhatsApp.

Politique suspecte

Mais y a-t-il une volonté politique pour ce type d’innovation ? Pas au Nigeria, peut-être, mais qu’en est-il du Rwanda, du Maroc ou du Kenya, trois autres pays favorables à la technologie ? Domjan voit une bifurcation dans l’avenir entre les pays qui ont saisi les technologies de la blockchain pour résoudre les problèmes de développement et ceux où les faiblesses de la gouvernance sont réellement bénéfiques pour l’élite politique et économique, et préfèrent donc le statu quo.

Au Nigeria, cela correspond plutôt trop bien à la fracture générationnelle dans le pays, où la classe dirigeante vieillissante voit tout avantage à maintenir le système, et les jeunes Turcs dans les rues, protestant contre la brutalité policière, exigent une meilleure gouvernance.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.