Discovery a publié ses premières données concernant la variante Omicron en Afrique du Sud

Discovery Health, le plus grand administrateur d’assurance maladie privée d’Afrique du Sud, a publié ses premières données sur la variante Omicron et son impact précoce sur le pays. Lors d’une présentation mardi (14 décembre), le groupe a noté que ses données provenaient des trois premières semaines de la vague provoquée par Omicron en Afrique du Sud. Par conséquent, les informations doivent être considérées comme préliminaires, car elles peuvent changer au fur et à mesure que la vague progresse.

Discovery a déclaré que divers facteurs, tels que le taux élevé d’anticorps Covid-19 dans l’ensemble de la population sud-africaine, devraient également être pris en considération. La superbe surveillance génétique du réseau de surveillance génomique en Afrique du Sud a permis d’identifier que l’infection à Omicron représente plus de 90 % des nouvelles infections en Afrique du Sud et a remplacé la variante Delta autrefois dominante.

L’efficacité du vaccin est réduite, mais reste la meilleure ligne de défense

Les données montrent que la vaccination Pfizer-BioNTech à deux doses offre une protection significative contre l’hospitalisation chez les personnes atteintes d’une infection à variante Omicron.

Voici une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

Les recherches de Discovery Health sur l’efficacité de la vaccination Pfizer-BioNTech à deux doses dans la prévention des maladies graves et des hospitalisations à la suite d’une infection par le variant Omicron ont été menées par l’équipe actuarielle de Discovery Health en collaboration avec des scientifiques de premier plan du South African Medical Research Council. Le résultat montre que les individus vaccinés qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech avaient une protection de 33 % contre l’infection, par rapport aux non vaccinés, au cours des premières semaines de la quatrième vague sud-africaine dirigée par Omicron.

Le risque de réinfection Omicron est significativement plus élevé

À chaque vague successive d’infection au Covid-19 en Afrique du Sud, nous avons étudié la durabilité de l’immunité suite à l’infection précédente au Covid-19 – en d’autres termes, le risque de réinfection. Dans l’ensemble, le risque de réinfection a augmenté au fil du temps, Omicron entraînant des taux de réinfection nettement plus élevés que les variantes précédentes.

Les personnes infectées par Covid-19 lors de la troisième vague (Delta) d’Afrique du Sud sont confrontées à un risque relatif de 40 % de réinfection par Omicron. Les personnes infectées par Covid-19 lors de la deuxième vague (bêta) d’Afrique du Sud sont confrontées à un risque relatif de 60 % de réinfection par Omicron.

Un impact plus important sur les enfants

Nonobstant le fait que les enfants continuent de présenter une très faible incidence de complications graves après Covid-19, les données de Discovery Health indiquent que les enfants de moins de 18 ans ont un risque d’admission 20 % plus élevé pour des complications de Covid-19 lorsqu’ils sont infectés par Omicron.

Ce sont des données précoces et nécessitent un suivi attentif. Cependant, cette tendance correspond à l’avertissement de l’Institut national sud-africain des maladies transmissibles (NICD) ces derniers jours selon lequel, au cours de la troisième vague d’infection en Afrique du Sud, ils avaient constaté une augmentation des admissions pédiatriques et maintenant, dans la quatrième vague, ils constatent une augmentation similaire des admissions pour les enfants de moins de cinq ans.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.