La guerre en Ukraine alimente l’inflation alimentaire en Afrique du Nord

La Russie et l’Ukraine représentent 30 % des exportations mondiales de blé. Le conflit d’aujourd’hui pèse inévitablement sur les prix du blé dans le monde. Quelques heures seulement après l’entrée des troupes russes en Ukraine, le prix du blé a culminé à un niveau record de 344 euros la tonne sur Euronext. Cela s’ajoute aux pressions inflationnistes précédentes, les prix mondiaux des denrées alimentaires ayant atteint un niveau record en 10 ans l’année dernière, lorsque le prix des céréales était supérieur de 27 % à celui de 2020.

L’inflation alimentaire est un facteur clé de la fragilité socio-économique en Afrique du Nord, où les pays sont fortement dépendants des importations en provenance des marchés mondiaux. La flambée des prix alimentaires a accru les inquiétudes quant à son impact sur les budgets de l’État (principalement en raison des subventions gouvernementales en place). Avant le déclenchement du conflit, les mauvaises récoltes dans les principaux pays producteurs en raison d’événements météorologiques extrêmes, de la hausse des coûts d’expédition, des pénuries de main-d’œuvre, de la crise énergétique actuelle et de la hausse des prix des engrais avaient été les principaux facteurs ayant contribué à la flambée des prix mondiaux au cours des derniers mois.

L’insécurité alimentaire en Afrique du Nord

L’insécurité alimentaire modérée ou sévère marque toute la région nord-africaine et touche une part importante de la population allant de 17,6 % en Algérie à 28 % au Maroc, et 37,4% en Libye.

Voici les conséquences de cette guerre pour l’Afrique :

La région est fortement tributaire des importations alimentaires, en particulier des céréales. L’Algérie est le premier importateur de denrées alimentaires d’Afrique : près de 75 % des denrées nécessaires à sa population proviennent de l’extérieur. Le Maroc importe plus de 50% des céréales destinées à la consommation humaine et la Tunisie environ 70 %. L’Égypte est le plus grand importateur de blé au monde. De plus, jusqu’à 90 % de la consommation céréalière libyenne est constituée d’importations. Dans l’ensemble, ces chiffres indiquent une vulnérabilité géopolitique importante, qui peut en quelque sorte être comparée à la dépendance des pays industrialisés aux importations de pétrole. L’Ukraine et la Russie comptent parmi les principaux fournisseurs de céréales de la région nord-africaine.

Conséquences sociopolitiques en cascade

Dix ans après les soulèvements arabes, de nombreux défis socio-économiques et politiques qui ont alimenté les manifestations doivent encore être relevés. La pandémie de COVID-19 a encore détérioré le contexte socio-économique et pèse lourdement sur les secteurs économiques clés ainsi que sur la hausse des taux de chômage, en particulier chez les jeunes. En conséquence, la flambée des prix alimentaires pourrait réduire le coût d’opportunité de la rébellion, avec un nombre croissant de citoyens prêts à prendre le risque de se rassembler et de se joindre à des manifestations violentes.

Les bouleversements liés à l’alimentation sont tout sauf nouveaux dans la région. Cela a commencé avec les émeutes du pain égyptiennes de 1977, suivies de la grève générale de juin 1981, qui fit des centaines de morts à Casablanca, et des émeutes tunisiennes de l’hiver 1983-1984. Des émeutes et des manifestations ont été enregistrées en Tunisie et au Maroc à la suite de la crise mondiale des prix alimentaires de 2007-2008. 

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.