Sécheresse et déforestation : comment les enfants malgaches en paient le prix ?

Le sud de Madagascar a été martelé par deux années de sécheresse qui ont laissé 1,5 million de personnes, la moitié de la population de la région, confrontées à une famine extrême.

Les enfants sont particulièrement à risque. Selon l’UNICEF, environ 500 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë et 110 000 d’entre eux souffrent de malnutrition sévère.

Alors même que la grande île de l’océan Indien entre dans sa saison cyclonique et est frappée par une série de tempêtes tropicales, les sécheresses, qui, selon les scientifiques, devraient être principalement attribuées à la variabilité naturelle, et non au changement climatique, auront un impact à long terme sur les vies et moyens de subsistance.

Des enfants dans des situations précaires

L’infirmière Ralaininina Roselein Danny a essayé d’aider autant d’enfants parmi les plus vulnérables que possible. Ancien guide touristique, il a abandonné son ancien métier pour travailler dans le service de pédiatrie d’une clinique à Ambovombe, dans la région d’Androy à Madagascar.

Voici une vidéo parlant de la situation dans cette région :

Danny est constamment en mouvement. Il pèse et mesure les enfants frêles que les mères inquiètes amènent à la clinique ; distribue des compléments alimentaires hypercaloriques ; et, dans les cas les plus extrêmes, des bâtons coulent dans les bras émaciés.

Les sécheresses consécutives, les pires de mémoire d’homme, ont brûlé et ratatiné les récoltes chaque fois que les gens ont planté, érodant leur capacité à faire face à chaque mauvaise récolte.

Le vent rouge

La sécheresse et la faim ne sont pas nouvelles pour les habitants du sud de Madagascar. Le mot pour famine est « kéré » en malgache, et historiquement il y a eu de nombreux épisodes. Les saisons des pluies imprévisibles sont un problème depuis aussi longtemps que les personnes âgées de la région d’Androy s’en souviennent.

Mais ce ne sont pas seulement les sécheresses qui sont à l’origine de l’insécurité alimentaire. En raison de la déforestation généralisée, les faibles pluies se sont combinées à la désertification pour créer une menace supplémentaire connue sous le nom de « tio mena » ou vent rouge, les tempêtes de sable qui attisent et enterrent les cultures dans les champs.

Lorsque cela se produit, les plus pauvres, ceux qui ont vendu leurs biens et ne peuvent pas se permettre de se nourrir commercialement, n’ont que des cactus sauvages et de l’argile blanche mélangés à du tamarin pour subvenir à leurs besoins.

La pluie est très rare

L’adaptation à la détérioration des conditions agricoles de Madagascar nécessite une irrigation, des semences résistantes à la sécheresse et des barricades d’arbres et d’arbustes pour lier le sol et tenir le sable à distance.

Mais dans le sud du pays, la plupart des villages comme celui de Jaqueline n’ont ni puits ni accès direct à l’eau. Les agences d’aide ont mis en place des programmes pour introduire une agriculture durable, dite climato-intelligente, mais pour l’instant seulement dans une petite partie du Grand Sud.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Une réflexion sur “Sécheresse et déforestation : comment les enfants malgaches en paient le prix ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.