Pourquoi les Gambiens votent avec des billes ?

Lorsqu’ils se rendront aux urnes le samedi 4 décembre pour élire un président, les bulletins de vote ne seront pas utilisés. Au lieu de cela, à son arrivée dans un bureau de vote, et après vérification de son identité, un électeur sera dirigé vers une série de tambours peints aux couleurs du parti du candidat. En saillie du haut de chaque tambour se trouve un tuyau dans lequel l’électeur insère une bille remise par un fonctionnaire électoral.

Au moment où il tombe, une cloche sonne afin que les fonctionnaires puissent entendre si quelqu’un essaie de voter plus d’une fois. À la fermeture des bureaux de vote, les billes de chaque baril sont comptées et comptées, comme ce serait le cas avec les bulletins de vote. Ce mode de scrutin a été introduit après l’indépendance en 1965 en raison du taux élevé d’analphabétisme en Gambie.

Scénario cauchemardesque évité

Certains responsables électoraux avaient secrètement espéré que l’abandon des billes serait l’un d’entre eux. Ils avaient fait valoir qu’avec l’ouverture de l’espace démocratique et la possibilité de plus de candidats participant aux futures élections, les billes et les tambours pourraient s’avérer trop encombrants. Dans le passé, seuls trois tambours environ étaient nécessaires dans chaque bureau de vote. Pendant les 22 années au pouvoir de M. Jammeh, il semblait inutile de contester. En fait, la Gambie n’a eu que trois présidents dans son histoire.

Voici une vidéo montrant ce type de vote :

M. Jammeh a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en 1994, renversant le leader indépendantiste Dawda Jawara. De nombreux observateurs admettent que la seule élection que M. Jammeh a remportée équitablement était en 1996, alors qu’il y avait encore une période de lune de miel après le coup d’État et que ses excès autoritaires n’avaient pas encore pris racine. Les élections ultérieures, disent-ils, ont été fixées en sa faveur, et sa défaite en 2016 a semblé le prendre, ainsi que son successeur Adama Barrow, par surprise. Le président Barrow se présente à nouveau, cette fois sur le ticket de son parti nouvellement formé. À un moment donné, il semblait qu’il ferait face à 22 candidats, un scénario cauchemardesque pour la commission électorale étant donné que le système du marbre et du tambour reste en place car il n’y avait pas de réelle volonté politique de le changer.

Jammeh divise toujours

Qu’il y ait tous ces candidats est un témoignage de combien le pays a changé et est en train de changer. Autrefois, les gens avaient trop peur de contester M. Jammeh ou considéraient cela comme une perte de temps. De nos jours, dans ce que l’on appelle régulièrement « la Nouvelle Gambie », cette peur a disparu et la liberté d’expression abonde.

Un comédien appelé Wagan a une émission télévisée hebdomadaire dans laquelle il se moque de tous les principaux politiciens, y compris le président, quelque chose d’impensable il y a cinq ans. Les journalistes commentent quoi que ce soit sans craindre d’être emmenés, torturés ou tués comme cela s’est produit sous M. Jammeh. Certaines de ces atrocités ont été révélées lors de la Commission vérité, réconciliation et réparations (TRRC), qui a entendu les témoignages de près de 400 personnes de janvier 2019 à mai 2021.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.