Que réserve 2022 pour l’industrie des jeux en Afrique ?

Objectivement parlant, 2020 ressemblait à une épreuve interminable. Une fenêtre de temps qui nous a obligé à examiner ce que cela signifiait vraiment d’être humain alors que nous tombions tête la première dans une réalité numérique. Malgré cela, un segment important de l’industrie a enregistré un succès sans précédent, et le récit tournait autour du lancement des nouvelles consoles et de l’augmentation de l’engagement des joueurs.

Pour l’avenir, alors que l’impact de la pandémie ne peut pas être surestimé, la formation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) a poussé le continent à se rapprocher d’un bloc de libre-échange. La ZLECAf pourrait devenir l’une des plus grandes zones de libre-échange au monde lorsqu’elle entrera pleinement en vigueur en 2030. En outre, une étude a révélé que l’industrie africaine des jeux enregistrerait un taux de croissance de 12 % de 2020 à 2025. Cette croissance devrait être alimentée par la jeune génération, car les deux tiers de la population africaine devraient avoir moins de 25 ans sur la même période.

Le développement des jeux sur mobile

L’adoption du numérique continuera de s’accélérer dans les prochaines années. D’ailleurs, il existe aujourd’hui divers jeux qui sont de plus en plus accessibles via des appareils mobiles en Afrique. Et les jeux de bingo sont sans aucun doute les plus populaires auprès de la population africaine. Des sites comme onlinebingocanada.co gagnent en popularité.

L’Afrique possède cinq des marchés mobiles les plus dynamiques et le début de l’accord de libre-échange conduira les gouvernements à identifier les moyens de faciliter la circulation et l’interaction des entreprises à travers le continent.

Des nations de l’éducation

Cela reste un point crucial, mais nous sommes susceptibles de voir une scission. Le premier est centré sur la poursuite de certaines des excellentes entreprises lancées en 2020. Le nombre croissant de jeunes conduira au déploiement de modèles éducatifs plus panafricains.

Voici divers jeux développés par des Africains :

Un programme formel de développement de jeux continue d’émerger et de se répandre. Lorsqu’il s’agit de soutenir la génération actuelle de développeurs, beaucoup de travail est nécessaire pour faire passer leurs entreprises d’activités de chambre à un travail à temps plein alors que l’industrie poursuit son évolution.

Un paysage d’éditeur plus large

L’Afrique du Sud a placé la barre haute et a réussi à établir une marque solide pour construire la scène locale. Ainsi, nous pouvons nous attendre à ce qu’au moins un autre éditeur axé sur le commerce entre dans l’espace de jeu mobile. Le paysage concurrentiel est de bon augure pour les développeurs qui sont confrontés à la perspective très réelle d’avoir le choix entre plusieurs éditeurs.

De plus, 2022 pourrait voir la première plateforme numérique de boutique conçue localement, à condition que les acteurs locaux soient en mesure de fournir une variété d’outils de paiement aux consommateurs.

Une collaboration transcontinentale

L’industrie dans son ensemble semble être beaucoup plus réceptive aux efforts de collaboration. Et suite à la décision de Malte de renforcer la collaboration avec les développeurs de jeux africains, il n’y a aucune raison pour que d’autres pays ne suivent pas.

Un scénario probable est le rapprochement de nations du jeu en herbe pour explorer des moyens de soutenir leurs écosystèmes respectifs.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.