Améliorer les compétences des jeunes pour développer les économies numériques de l’Afrique

Aujourd’hui, il devient de plus en plus important pour les économies en développement de s’adapter à l’évolution rapide du paysage des compétences. Pour devenir plus compétitives et suivre le rythme rapide de l’innovation technologique à l’échelle mondiale, les économies en développement doivent requalifier leur main-d’œuvre avec les compétences nécessaires pour les emplois de l’avenir.

Néanmoins, ce bilan optimiste d’un avenir du travail hautement qualifié pour tous est-il justifié ? Où se situent les économies en développement de l’Afrique dans cette trajectoire ?

Les économies africaines tirées par le numérique

Les économies modernes passent d’économies agricoles et industrielles à des économies fondées sur l’information et la connaissance. Une transformation aussi rapide a eu un impact significatif sur le développement social, économique, politique et culturel à travers le monde.

Voici une vidéo parlant de la transformation digitale sur le continent :

Pour ce développement et cette croissance, les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont considérées à la fois comme un moteur et un catalyseur pour établir et développer les divers secteurs qui contribuent à des sociétés plus fortes, plus développées et plus riches. L’Afrique est sur un chemin de transformation vers des sociétés de l’information et du savoir.

Les défis des TIC en Afrique sont souvent liés à un manque de ressources humaines et financières, qui se traduit par une offre et des lacunes de compétences inadéquates et insuffisantes, ainsi que par des infrastructures et des plateformes de communication inadéquates. Pour combler cette fracture numérique avec le monde développé, l’Afrique doit réduire le coût du capital, fournir des ressources énergétiques fiables et accélérer le rythme de la numérisation et de la fourniture d’Internet haut débit.

L’avenir de l’emploi en Afrique

L’Afrique doit faire correspondre les compétences d’aujourd’hui aux emplois de demain. Avec plus de 60 % de sa population âgée de moins de 25 ans, l’Afrique subsaharienne est la région la plus jeune du monde. D’ici 2030, la population en âge de travailler du continent devrait augmenter des deux tiers, passant de 370 millions d’adultes en 2010 à plus de 600 millions en 2030.

Au rythme actuel, 15 à 20 millions de jeunes de plus en plus instruits devraient rejoindre la main-d’œuvre du continent chaque année jusqu’en 2030. Cela représente un défi pour les gouvernements et les entreprises : comment tirer le meilleur parti du talent de ce haut, et, génération à venir ainsi que les jeunes sous-scolarisés et sous-qualifiés qui sont plus nombreux que ceux qui ont fait des études postsecondaires ?

Au sein du groupe, encore restreint, d’Africains diplômés de l’enseignement supérieur, il existe un large éventail de spécialisations : 16 % de ce groupe ont étudié l’ingénierie, la fabrication et la construction ; 11 % TIC et 11 % sciences naturelles, mathématiques et statistiques. Les professions à croissance rapide sur le continent comprennent les technologues alimentaires, les concepteurs 3D et les travailleurs de la collecte et de l’analyse de données, ainsi que des personnes travaillant dans les domaines de la santé et de l’éducation. Les industries créatives et culturelles fondées sur les médias numériques offrent d’énormes possibilités d’emploi. Une forte demande de compétences STEM et TIC existe déjà dans un large éventail de secteurs.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *