Comment l’Afrique peut surfer sur la vague croissante d’investissement dans les technologies climatiques ?

Rien qu’en capital-risque, le financement de la technologie climatique a augmenté cinq fois plus rapidement que l’ensemble du secteur entre 2013 et 2019. Et la vague ne s’est pas arrêtée : au premier semestre de cette année, les start-up axées sur la technologie climatique ont obtenu plus de fonds  de capital-risque qu’elles n’en ont fait en 2019. Outre les récentes annonces des États-Unis et du Royaume-Uni visant à accroître les investissements, il n’y a jamais eu de meilleur moment pour développer les technologies dont nous avons besoin pour résoudre la crise climatique.

Malgré cette ruée vers l’or, cependant, l’activité doit encore faire écho à travers l’Afrique. Alors que près de  93 % des investissements dans les technologies climatiques sont  allés aux États-Unis, en Chine et en Europe, l’Afrique n’a enregistré que 0,2 % des transactions. Même l’intérêt croissant pour l’écosystème technologique de l’Afrique ne s’est pas encore traduit par plus d’action dans ce domaine. L’annonce récente selon laquelle Y-Combinator, l’un des principaux accélérateurs de la Silicon Valley, admettait sa plus grande cohorte de start-up africaines était même décevante à cet égard. Sur les 60 entreprises africaines inscrites à leur registre, seules quelques-unes sont axées sur les technologies climatiques.

Regarder à l’intérieur tout en signalant le capital mondial

Premièrement, l’Afrique doit puiser dans sa richesse. Le continent abrite environ  deux mille milliards de dollars  de capitaux privés accumulés par des milliers de particuliers fortunés, mais les investisseurs locaux ne représentaient  qu’un cinquième du financement par capital-risque technologique sur le continent. La base d’investisseurs locaux sous-développée de l’Afrique contribue à une perception plus élevée du risque et à une hésitation des investisseurs étrangers qui n’ont peut-être pas d’expérience dans la gestion des investissements sur le continent.

Voici une vidéo en anglais parlant de ce type d’investissement :

Les dirigeants africains doivent créer un solide écosystème d’investisseurs locaux  pour signaler aux investisseurs mondiaux que le continent est prêt à faire des affaires. Les gouvernements doivent soutenir les sociétés de capital-risque locales et les réseaux d’investisseurs providentiels qui se concentrent sur les start-ups de technologies climatiques, en développant des allégements fiscaux pour les investissements axés sur le climat.

Construire des lien d’entreprise plus forts

Les défis pour les start-ups technologiques africaines sont énormes, des marchés fragmentés aux infrastructures numériques et physiques médiocres. Mais même si les entreprises parviennent à surmonter les obstacles avec succès, il reste le défi des acteurs nationaux en place qui mettent toutes les chances de leur côté. Une start-up de technologie climatique spécialisée dans le commerce d’énergie de batterie entre pairs, par exemple, aurait des difficultés à travailler avec les services publics sur l’acquisition de clients.

L’Afrique doit donc encourager les partenariats entre les start-ups de technologies climatiques et les champions nationaux des entreprises. La responsabilité sociale des entreprises devrait viser à financer des start-ups locales qui s’attaquent aux problèmes locaux d’adaptation et de résilience au changement climatique.

Les sociétés énergétiques traditionnelles comme Shell et Chevron continuent de faire partie des principaux investisseurs mondiaux dans la technologie climatique. Leur présence dans des pôles technologiques comme le Nigeria doit être mise à profit pour stimuler l’écosystème local des technologies climatiques dans des domaines tels que l’innovation en matière de biocarburants et de biogaz. Un principe similaire s’applique aux acteurs du secteur des services publics, des mines, de la construction et de l’industrie dont les modèles commerciaux peuvent être améliorés en intensifiant l’innovation climatique.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.