3 facteurs qui aident l’Afrique à combattre le Covid-19

Les infections se propagent dans le monde entier. Les cas de Covid-19 sont en baisse sur le continent africain depuis juillet. La raison, selon l’Organisation mondiale de la santé et d’autres experts, est le résultat d’une combinaison de mesures de santé publique associées à de forts facteurs socio-environnementaux.

Réponse immédiate des autorités

Au début, certains craignaient qu’une pénurie de professionnels de la santé et d’équipement rende la lutte contre le coronavirus difficile. D’autres se sont demandé si les mesures de prévention pourraient être facilement adaptées à divers contextes. Des années d’expérience dans la lutte contre les pandémies précédentes, cependant, ont aidé l’Afrique à gérer la situation. L’effilochage de la solidarité mondiale a aussi incité les pays à rechercher eux-mêmes les solutions. Ils n’ont pas attendu des ressources ou un soutien.

Voici une vidéo expliquant pourquoi l’Afrique a évité le pire :

L’Afrique n’a pas été témoin d’une propagation exponentielle du coronavirus comme beaucoup le craignaient initialement. La tendance à la baisse observée est considérée comme une évolution positive. Les mesures prises par les gouvernements ont ainsi été particulièrement efficaces.

La population

La population plus jeune de l’Afrique a contribué à réduire le nombre de cas et les décès. Environ 40 % de la population africaine a moins de 14 ans, selon les données de la Banque mondiale. L’Algérie, l’un des pays les plus touchés du continent, compte également l’une des plus grandes proportions de citoyens âgés. 6,5 % de la population ont plus de 65 ans, soit environ deux fois la part du continent dans son ensemble.

De plus, la culture africaine est plus inclusive des personnes âgées et beaucoup vivent avec leur famille. Les seniors ne sont généralement pas mis dans des maisons de retraite. Ces endroits s’avèrent être des environnements à très haut risque. De grandes proportions de populations âgées ont contribué à faire monter les taux de mortalité dans les pays du monde entier. À un moment donné aux États-Unis, un tiers de tous les décès provenaient de résidents de maisons de soins infirmiers et de leurs travailleurs.

La mobilité

Les problèmes de voyage ont contribué à limiter la propagation du virus. Voyager à l’intérieur du continent africain peut être plus difficile que dans d’autres régions. Cela s’explique surtout par             le faible développement des réseaux routiers. De plus, le coût élevé des vols internationaux peut rendre les voyages aériens moins attrayants. Pour combler ces lacunes, les pays ont tiré parti des nouvelles technologies et approches pour adhérer aux directives sanitaires. Elles ont permis la circulation de marchandises et la sécurité des personnes.

Des drones ont aidé à acheminer des fournitures telles que du sang et des EPI aux hôpitaux. Le transport des produits aurait pu prendre une journée entière. Mais grâce au drone, il ne prend que 30 minutes ou moins. À ce jour, l’Afrique a enregistré 1,4 million de cas et 36 000 décès, une fraction de ce que d’autres pays ont connu. Son taux de récupération a été de près de 80 %. Pourtant, l’Afrique doit rester vigilante. Près de 80 % des personnes infectées en Afrique ne présentant aucun symptôme.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *