Madagascar : un projet sur les îles Eparses oppose l’Etat malgache à la France

Le Mozambique et la France ne s’entendent pas au sujet de l’île de Juan de Nova, l’une des îles Eparses  qui va abriter selon Paris un projet de réserve.

« Le projet du gouvernement de la République française est ainsi un acte de défiance envers Madagascar et va à l’encontre de l’engagement des deux parties à poursuivre le dialogue dans un esprit positif. L’État malgache s’oppose fermement au projet de création d’une réserve naturelle nationale sur l’archipel des Glorieuses par le gouvernement de la République française, ainsi qu’à tout autre acte unilatéral susceptible de porter atteinte de manière directe ou indirecte au droit souverain de Madagascar sur ces îles. », explique Liva Djacoba Tehindrazanarivelo, ministère des affaires étrangères  malgache après une rencontre avec l’ambassadeur de France en Madagascar.

Ces îles qui entourent le Madagascar sont très riches en biodiversité et hydrocarbure. En fait ces îles sont sous la souveraineté française pourtant elles sont revendiquées par le Mozambique.

Des îles au cœur d’une divergence historique 

Ces îles qui entourent  Madagascar, les îles Éparses sont sous la  souveraineté française mais revendiquées par le Madagascar  depuis le début des années 1970.  Une résolution des Nations unies, datant de 1979, demande la restitution par la France de ces îles à Madagascar.

L’une des cinq îles Éparses françaises, située dans le canal du Mozambique, est un havre de biodiversité, préservé de la prédation et de la pollution humaine. Paris qui veut sécuriser cette île veut en faire une réserve, point de discorde des deux pays. Antanarivo qui n’entend pas de cette oreille  demande plutôt à la France de laisser tomber son projet.

Après sa rencontre avec le  ministre des affaires étrangères, l’ambassadeur de la France à Madagascar n’a pas voulu s’exprimer sur la question. On comprend bien son amertume. Puisqu’ il y a une semaine, selon une source à Madagascar une  délégation française composée du ministre de la Transition écologique était sur ces îles en vue de concrétiser ce projet.

La France ne veut rien laisser malgré la résolution de l’Onu

Le 23 octobre 2019 le président de la république française effectue une visite éclaire sur l’une des îles Eparses. Réaffirmant ainsi la souveraineté de la France sur ces dernières au grand dam des autorités malgaches.

Madagascar veut passer par le dialogue avec la France afin que celle-ci lui rétrocède ses îles . C’est dans ce sens que le président malgache a récemment réitéré son souhait de trouver une solution pour la restitution des îles Éparses à Madagascar.

Malheureusement ce même jour, le ministère de la Transition écologique annonçait sur son site internet la mise en place d’une consultation publique sur un projet de décret relatif à la création d’une réserver naturelle nationale sur l’archipel des Glorieuses.

Une première réunion d’une commission mixte composée d’une délégation malgache et d’une délégation française a eu lieu en novembre dernier. Mais  les deux pays n’ont pas trouvé de terrain d’entendre.

D’ailleurs pour ne pas arranger les choses le mercredi 13 octobre 2019 le président français Emmanuel Macron s’était rendu à Glorieuse une des cinq « îles Éparses » dans le canal du Mozambique et présumées riches en hydrocarbures.

Cette courte escale de l’officiel français qui avait duré à peine 2 heures sur un «  territoire extrêmement stratégique » de son propre aveu avait été interprétée comme un acte symbolique de souveraineté. Grâce à ces îles, la France bénéficie d’une zone économique exclusive de 640.000 km2 dans la région et le canal du Mozambique, que l’on soupçonne riche en hydrocarbures.

R-F Rochesossiehi

Journaliste à Abidjan et membre d’ONG, je suis un activiste culturel très engagé dans la promotion du livre et de la lecture auprès de la jeunesse. J’écris sur tous les sujets liés à l’actualité africaine. Mais mon centre d’intérêt principal est l’actualité littéraire et culturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *