Faire face à la crise de Kaduna au Nigeria

L’État de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria, a presque triplé d’incidents violents impliquant des groupes armés au cours de l’année écoulée. Selon le projet de données sur la localisation et les événements des conflits armés, les 220 événements violents ont fait près d’un millier de morts. De plus, environ 400 personnes ont été enlevées contre rançon et des centaines de communautés détruites, provoquant le déplacement de plus de 50 000 personnes. Au cours de l’année dernière, Kaduna a enregistré le plus grand nombre d’épisodes de violence politique et de décès dans le nord du Nigeria, à l’exception de l’État de Borno, l’épicentre de l’insurrection de Boko Haram.

La crise sécuritaire de Kaduna tourne autour de trois menaces différentes mais qui se chevauchent. Le premier concerne le conflit agriculteur-éleveur qui implique des tensions croissantes sur l’accès à la terre et son utilisation entre les communautés. La deuxième menace vient des gangs armés engagés dans des activités criminelles, notamment les enlèvements contre rançon, le trafic d’armes, le vol de bétail et le vol de route. Un pic similaire de gangs criminels a frappé les États voisins, y compris Katsina, où plus de 300 écoliers ont été enlevés puis libérés en décembre 2020. La dernière menace est l’extrémisme violent. Cette menace est réapparue en 2020 lorsque Ansaru, un groupe islamiste militant considéré comme disparu, a mené une embuscade élaborée, suivie d’une série d’autres attaques.

Comprendre les menaces déstabilisantes de Kaduna

Situé juste au nord du territoire de la capitale fédérale d’Abuja, l’État de Kaduna est le quatrième État le plus peuplé du Nigeria avec une population de 12 millions d’habitants. C’est le siège politique de la région du nord-ouest du Nigeria, ainsi que son centre d’activités commerciales et industrielles.

Voici une vidéo en anglais relatant cette crise :

Avec sa population du nord comprenant en grande partie des musulmans haoussa-peuls et sa population du sud principalement des chrétiens ethniquement divers, Kaduna est non seulement géographiquement central, mais elle chevauche également les divisions ethniques et religieuses du Nigeria. La centralité de Kaduna rend la résolution de ses problèmes de sécurité d’autant plus impérative.

Conflit entre agriculteur et éleveur

L’intensification du conflit entre agriculteurs et éleveurs à Kaduna peut être attribuée à une expansion des milices essentiellement pastorales et à une prolifération des armes légères dans le nord-ouest du Nigeria. Les attaques des milices pastorales cherchant des pâturages pour leurs troupeaux ont provoqué des attaques de représailles de la part de groupes d’autodéfense communautaires cherchant à protéger leurs fermes, conduisant à de nouvelles représailles de la part des milices.

Ce cycle de conflit s’est accéléré alors que les pâturages sont devenus plus rares en raison des pressions démographiques et de la dégradation de l’environnement dans le nord du Nigeria. Alors que les éleveurs cherchent plus loin des terres de pâturage, les agriculteurs et leurs colonies s’étendent également dans de nouvelles zones pour semer leurs cultures. Cette double expansion a rapidement accru la concurrence sur la diminution des ressources foncières dans l’État de Kaduna.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.