Le constat était tout net et perspectif. Tous les observateurs de la politique ivoirienne savaient que le ministre Mabri Toikeusse, allait partir du gouvernement Gon. Mais seulement, c’est la date qui était inconnue vue la tension de ces jours  entre le président de l’Udpci par ailleurs ministre de l’enseignement supérieure et ses camarades du rassemblement des houphouëtistes pour la paix (Rhdp).

Aujourd’hui, c’est chose désormais faite. Mabri Toikeusse est sorti du gouvernement Gon Coulibaly lors d’un réaménagement technique fait par le chef d’Etat Ouattara.

Un départ perçu comme une libération par le concerné

 Ce départ pour l’ancien ministre de l’enseignement supérieure doit être  désormais perçu comme une liberté pour lui afin de  bien se préparer pour la course à la Magistrature suprême prévue, normalement pour le mois d’octobre en Côte d’Ivoire.

 En effet, le président de l’Udpci, parti fondé par le défunt général Guéi Robert, n’a pas accepté la façon selon ses propres propos, Gon Coulibaly a été choisi comme le candidat du parti Houphouëtistes. Mabri Toikeusse lors du conseil politique initié par le président Ouattara n’avait pas mâché ses mots pour  signifier à Ouattara son manque de dialogue dans le choix de Gon Coulibaly « nous sommes tous des enfants d’Houphouët, père du dialogue et de paix », avait rappelé Ouattara.

Malheureusement ce dialogue souhaité par le ministre Mabri Toikeusse n’a pas eu de chance lors des débats et Ouattara a tranché aujourd’hui : le départ de Mabri Toikeusses par un réaménagement technique.

Leger remaniement ministériel mais grandes incertitudes politiques

L’ex-ministre Mabri Toikeusse (à gauche) en compagnie du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly (à droite) dont il n’est plus membre du gouvernement.

Le Président de la République a procédé ce mercredi 13 mai, à un réaménagement technique du gouvernement, annonce un communiqué du Secrétaire général de la présidence, Patrick Achi. Ce réaménagement est marqué par le départ du gouvernement du ministre Albert Mabri Toikeusse.

Il est remplacé par Adama Diawara au ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Albert Flindé est nommé ministre de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’étranger en remplacement du ministre Ally Coulibaly qui part à la tête des Affaires étrangères.

Raymonde Goudou, confirmée ministre de la culture et de la francophonie, cède le portefeuille de la modernisation de l’administration à Adom Roger. Quant à Philippe Légré, il est confirmé ministre des affaires maritimes. Robert Beugré Mambé et Augustin Thiam sont nommés ministres, gouverneurs des districts d’Abidjan et de Yamoussoukro. En outre, un décret de nomination du président du Conseil supérieur de la magistrature Chantal Camara a été signé par le Président de la République.

Autre point caché de ce remaniement Selon des sources concordantes proches de présidente ivoirienne,  Alassane Ouattara, qui vient d’annoncer un remaniement partiel de son gouvernement, envisage de nommer un nouveau Premier ministre pour prendre la suite d’Amadou Gon Coulibaly. Et il a déjà choisi un potentiel successeur.

Ces informations sont confirmées par le bi hebdomadaire dans sa parution de cette semaine. En effet selon ce confrère, cet important changement à la tête du gouvernement devrait s’opérer dès le retour en Côte d’Ivoire d’Amadou Gon Coulibaly, en convalescence à Paris pour « quelques semaines ».

Si celui-ci avait d’abord souhaité conserver son poste jusqu’à la présidentielle, tout en transférant ses dossiers aux membres influents de son cabinet, il soutient désormais l’initiative d’Alassane Ouattara (ADO). En tant que candidat et président du directoire du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir), il va désormais se consacrer à la campagne.

Le choix du chef de l’État ne devrait pas se porter sur le ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, qui assure actuellement l’intérim d’Amadou Gon Coulibaly. Il sera lui aussi fortement mobilisé par la même campagne.

 

Source : gouv.ci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *