Comment les villes africaines peuvent créer des emplois numériques ?

Avec des niveaux record de financement par capital-risque, d’importants investissements dans les infrastructures et une augmentation spectaculaire de l’utilisation d’Internet, les villes d’Afrique jettent les bases de la numérisation de leurs économies. 

Comme ils le font, l’un des principaux objectifs des dirigeants municipaux et autres est de lutter contre le chômage élevé, en particulier chez les jeunes, en créant des emplois d’avenir.

La transformation numérique comme solution au chômage des jeunes

La hausse du chômage des jeunes est un problème majeur en Afrique. Environ 60 % de la population africaine a moins de 25 ans et de nombreux pays africains font face à une pénurie d’emplois de qualité. Le chômage des personnes âgées de 15 à 24 ans en Afrique subsaharienne est passé de 12,8 % en 2018 à 14,8 % en 2021, selon la Banque mondiale. La pandémie de COVID-19 a exacerbé la situation en déprimant l’activité économique, en réduisant les revenus des ménages et en plongeant environ 40 millions de personnes supplémentaires sur le continent dans la pauvreté.

Voici une vidéo parlant du développement du digital en Afrique :

La voie traditionnelle du développement économique consiste à passer de l’agriculture à la fabrication puis aux services. Mais la technologie numérique permet aux pays de passer directement de l’agriculture aux services. Le Brésil, l’Inde et d’autres pays ont suivi cette approche pour numériser leurs économies, créer des emplois et générer des avantages macroéconomiques considérables. Par exemple, l’amélioration de la pénétration du haut débit entraîne une augmentation correspondante du PIB et de l’emploi. Les pays d’Asie, d’Amérique du Sud et du Moyen-Orient qui ont mis en œuvre des stratégies de numérisation ont amélioré l’emploi jusqu’à 10 %. 

Les pays africains peuvent suivre cette voie, en utilisant la numérisation pour créer des emplois dans des domaines tels que l’analyse de données, l’IA et l’apprentissage automatique, et le marketing numérique. Ces emplois numériques paient souvent mieux que les rôles traditionnels, favorisent les candidats plus jeunes, soutiennent les économies locales des petites et moyennes entreprises et sont moins vulnérables aux perturbations futures.

Quels clusters d’emplois numériques sont les plus pertinents pour les villes africaines ?

Une chose ressort de notre étude des villes qui ont réussi à créer des emplois numériques : les investisseurs recherchent la masse critique. Plutôt qu’une approche dispersée consistant à essayer de développer des emplois dans tous les domaines numériques, les gouvernements réussiront mieux s’ils concentrent leurs énergies sur un petit nombre de domaines prometteurs et répondent aux exigences fondamentales nécessaires au succès. De cette manière, les villes peuvent développer des pôles d’entreprises dans des domaines technologiques connexes, créant des synergies dans le financement, les fournisseurs, les connaissances spécifiques à l’industrie et les talents, le tout renforcé par des politiques gouvernementales dédiées.

Sur la base de notre étude, nous avons identifié cinq grands groupes d’emplois numériques particulièrement pertinents pour l’Afrique : l’externalisation des technologies de l’information et l’externalisation des processus métier, les médias numériques, l’industrie 4.0 (comme l’impression 3D), le commerce électronique et un vaste écosystème de startups.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *