Le travail à domicile favorise les inégalités ente les sexes

Le travail à domicile, ou du moins une nouvelle forme de travail hybride, est susceptible de rester ici. Le travail à distance ayant aidé les entreprises et les employés à naviguer dans les blocages du COVID-19 et les besoins de distanciation sociale qui en découlent, de plus en plus d’entreprises se rendent compte maintenant que le travail hybride pourrait être plus optimal.

The Economist rapporte que le passage à un mode de travail hybride aide les entreprises à diversifier leur bassin de recrutement, car elles peuvent embaucher des personnes quelle que soit leur situation géographique. Un mode de travail hybride augmente la convivialité des employés d’une entreprise. Les entreprises offrant de la flexibilité reçoivent 30 % de candidatures en plus, selon The Economist.

Une grande différence entre les sexes

Cette tendance est encore plus apparente chez les femmes, les données indiquant que jusqu’à 80 % des femmes interrogées ont déclaré que la flexibilité est un facteur important lorsqu’elles envisagent un emploi. De plus, les mères étaient deux fois plus susceptibles que les pères de dire qu’elles remettraient leur préavis si leur employeur imposait une politique stricte de télétravail.

Voici une vidéo parlant de ce secteur au Maroc :

Cependant, tous les rapports et enquêtes existants indiquent que les femmes sont plus susceptibles de choisir de travailler à domicile, ce qui les désavantage par rapport à leurs homologues masculins en termes de promotions et d’augmentations de salaire. Le travail à domicile a le potentiel d’éradiquer les inégalités entre les sexes. Les employeurs peuvent utiliser des mesures équitables pour évaluer les travailleurs, mais les données indiquent que le travail à distance ne met pas fin aux problèmes de genre.

Une culture du travail axé sur la présence physique

Malgré une politique de travail à domicile flexible, les entreprises ont une culture principalement en personne. Selon des estimations mondiales, 42 % des superviseurs oublient les employés à distance lors de l’attribution des tâches, et 67 % pensent que les employés à distance sont facilement remplaçables. Selon le rapport de The Economist, le préjugé pour les employés de bureau, associé au fait que les femmes sont plus susceptibles d’opter pour le travail à distance, crée un climat de travail propice aux inégalités entre les sexes. 

Comme les patrons préfèrent les employés travaillant dans des bureaux, les femmes sont moins susceptibles de recevoir des promotions et des augmentations de salaire. Hormis les promotions et les salaires, les réunions virtuelles s’avèrent un revers majeur pour l’égalité des sexes, note le rapport.

Les femmes sont plus présentes

Alors que les femmes en moyenne sont plus susceptibles de déclarer avoir été interrompues lors des réunions en personne que les hommes, a-t-il ajouté, les réunions en ligne ont amplifié cette tendance, car plus de la moitié des femmes dans une enquête ont déclaré qu’il était difficile de contribuer aux discussions.

Mais, concède le rapport, tout le blâme ne peut être imputé à la culture du travail dans les entreprises. La principale raison pour laquelle les femmes préfèrent le travail à distance est qu’elles sont plus susceptibles de s’occuper des enfants et des tâches ménagères à un taux plus élevé que les hommes. Comme le travail à distance à grande échelle en est encore à ses balbutiements, évaluer ses conséquences à long terme sur les inégalités entre les sexes n’est pas une tâche facile. 

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.