Les modèles de développement de l’Afrique doivent changer

Alors que le monde est aux prises avec le COVID-19, les analystes ont dû revoir leurs prévisions de développement en Afrique. Il y a maintenant beaucoup de discussions sur les modèles de récupération en forme de V ou en U ou en forme de L et ce que cela pourrait signifier pour ce qui était une perspective généralement positive pour le continent.

Cependant, les circonstances au cours de la dernière décennie ou plus suggèrent que le point de départ de ces modèles de développement et de reprise a peut-être été plus tenace que ce qui est généralement admis, avec un seuil de stabilité plus bas.

S’inspirer des autres

Les modèles de développement socio-économique utilisés par les grandes institutions financières multilatérales telles que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et les agences de développement doivent être revus. Ils devraient s’aligner sur le fait que la plupart des économies africaines se situent au-delà des cadres juridiques et de la loi actuels et sont soumises à l’informalité, à une mauvaise gestion des terres et à des réseaux de criminalité organisée pernicieux.

L’instabilité et l’insécurité futures en Afrique sont probablement dues aux effets combinés de cinq tendances dominantes : le changement climatique, l’urbanisation rapide, les déficits croissants des infrastructures, la vulnérabilité aux épidémies et aux pandémies et l’anarchie.

La pratique actuelle

Au cours des 40 dernières années, les interventions visant à renforcer le développement de l’Afrique par les banques multilatérales, les institutions de développement et d’autres donateurs se sont fondées sur des modèles socio-économiques particuliers. Ces approches préconisent le mouvement des personnes et des capitaux d’une agriculture à faible productivité vers une industrie manufacturière et des services à plus haute productivité.

Voici une vidéo expliquant le modèle imposé à l’Afrique :

L’objectif a été d’accélérer un secteur industriel et manufacturier dans et autour des centres urbains qui accède à un pool de main-d’œuvre migrante excédentaire. Ces changements structurels ne se sont pas produits comme prévu.

Une urbanisation massive a eu lieu, mais comme l’a souligné la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique en 2017, dans un contexte de production industrielle en baisse ou stagnante et de faible productivité agricole. Alors que l’économie africaine a triplé en taille depuis 2000, la composition sectorielle du produit intérieur brut (PIB) n’a pas sensiblement changé. L’expansion du PIB ne s’est pas accompagnée d’une croissance de l’emploi comparable.

Des changements majeurs

Entre 2000 et 2014, les augmentations de l’emploi ont été inférieures à la croissance du PIB et à peine avant l’explosion démographique du continent. Dans presque tous les pays africains, l’économie formelle ne représente que 20 % de l’emploi total. En Afrique subsaharienne, l’emploi informel représente environ 94,9 % de tous les emplois des jeunes.

L’Organisation internationale du travail estime que 92,4 % de toutes les unités économiques en Afrique sont informelles. Contrairement aux modèles de développement socio-économique occidentaux, l’informalité se développe plus rapidement dans la plupart des pays africains que la fabrication moderne à grande échelle et constitue la réalité socio-économique de l’Afrique. L’anarchie met également en péril la stabilité de l’Afrique. Depuis 2008, l’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine fait état d’une détérioration continue des scores composites pour la sécurité et l’état de droit.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *