Mali : Nouvelles mesures Covid-19

Le Premier ministre Boubou Cissé a annoncé ce 09 mai 2020, la levée du couvre-feu, alors que la réouverture des écoles primaires, secondaires et supérieures est envisagée à partir du 02 juin, le port obligatoire des masques dans les lieux publics.

Levée du couvre-feu et port du masque obligatoire

Selon les autorités, le rapport très détaillé du Conseil national de Défense Extraordinaire précise que notre pays frôle les « 700 cas confirmés de Covid 19 avec plus de 2000 personnes-contacts suivies, un peu moins de 300 guérisons » avec plus de 35 décès. Aujourd’hui, 88% des cas, sont enregistrés au District de Bamako désormais épicentre de la pandémie sanitaire dans notre pays. « La tranche d’âge des « 35-54 ans » est la plus touchée avec près de 40% des cas d’infections. »

Cette catégorie est suivie par celle des « 55 ans et plus » avec un peu moins de 35%. Puis, vient la tranche d’âge des « 15-34 ans » qui représente 24% des personnes contaminées. Les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes, aussi bien pour l’infection que pour la mortalité.

Des tests labo sont effectués

Près de 3000 tests qui ont été réalisés, dans quatre laboratoires de Bamako. Aujourd’hui, les autorités envisagent de renforcer les capacités de tests et de prises en charge dans les différentes régions du pays. A cet effet, l’aéroport International Modibo Keïta Bamako – Sénou va réceptionner ce dimanche (09/05/20), 10 tonnes de matériels dont 5.000 tests.

Les autorités précisent que cet avion a été envoyé par son altesse Cheick Mohamed Bin Zayed, prince héritier des Emirats Arabes Unis. Le Programme présidentiel « Un Malien, un masque » est en cours a précisé le Premier ministre dans son allocution, avant de préciser que l’Opération de distribution gratuite de vivres aux familles les plus démunies est à l’œuvre dans le District et à Kayes, touchant 1.350 000 personnes pour 14 000 tonnes avec pour objectif de distribuer 56 000 tonnes. Or pourtant, Le constat pourrait indiquer que l’on n’est pas en situation d’urgence sanitaire.

Une organisation parfois confuse

Ce samedi, 9 mai, au parking Vox  à Bamako-coura, en commune III, on se bouscule pour avoir les meilleures places dans une sotrama au milieu de la cour. Un kit de lavage des mains, composé d’eau et de savon, se trouve près de l’entrée du transport en commun.  Goundo Konaté est la première à se trouver une place. Sans masque, la cinquantenaire semble insouciante.  Au bout de cinq minutes, le vieux véhicule est bondé  et sur la vingtaine de passagers qu’il contient, un seul s’est lavé les mains, mais demeure sans masque comme tous les autres.

Or, le mois dernier, c’est au parking Vox même que le ministre de la Santé et des Affaires sociales Michel Hamala sidibé accompagné d’une forte délégation, dont le président du Conseil Malien des Transporteurs Routiers (CMTR) avait fait don de gels hydro alcooliques, de masques et de gants. Aujourd’hui, le parking enregistre uniquement deux kits de lavage des mains. Cette scène témoigne de l’insouciance de la plupart des Maliens en ces temps de crise sanitaire.

Une sensibilisation de la population primordiale

« La situation désole et elle a pour nom l’analphabétisme et l’incivisme de nos concitoyens. On avait demandé un soutien financier au gouvernement afin de pouvoir détacher des personnes pour la sensibilisation des passagers au lavage des mains, requête sans suite malheureusement », explique Amadou Salif Diallo, secrétaire général adjoint de la section transport de la Confédération Syndicale des Travailleurs  du Mali (CSTM).

Crédit photo: maliactu.net

Moussa Camara

Licencié en journalisme politique international à Rouen, j'ai commencé comme pigiste puis en agence de presse écrite. Une grande partie de ma carrière a été effectuée en service politique couvrant les pays Africains. J'ai au l'opportunité de collaborer sur un journal Français puis dans la presse digitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *