Accusé de « crime contre l’humanité » lors du génocide rwandais, Félicien Kabuga,  présumé « financier » du génocide rwandais a été arrêté à Paris, samedi 16 mai, 2020. Pour ce faire, la chambre d’appel de Paris devrait se prononcer sur son éventuel transfert à la cour pénal international à la Haye au Pays Bas. Mais   l’homme d’affaire rwandais  a marqué son opposition  à son transfert devant la justice internationale.

Il souhaite être jugé en France. Dans ce choix de l’accusé on pourrait  y voir l’idée d’être prêt de sa famille à cause de son âge avancé mais surtout à cause de la crise sanitaire de Covid-19 secoue en ce moment le monde entier. « Nous souhaitons, y compris pour sa santé, y compris pour les conditions dans lesquelles il sera amené à être jugé, à ce qu’il soit jugé en France et c’est son souhait. Notre client ne va pas bien, il a vraiment des difficultés, y compris à comprendre ce qui lui est reproché. Et pour cela, nous allons demander une expertise extrêmement rapidement dans de très brefs délais. », Soutient l’avocat de Félicien Kabuga, maître Laurent Bayon.

Ce vœu de Félicien Kabuga sera-t-il exaucé ? Cette option semble moins sûre. Car  selon la juridiction française, une fois que l’audience se sera tenue, la cour d’appel de Paris aura quinze jours pour se prononcer sur la validité du mandat d’arrêt émis par le Mécanisme, la structure chargée d’achever les travaux du Tribunal international pour le Rwanda et décider de l’y transférer.

Le cas échéant, le mandat d’arrêt prévoit que le procès se tienne à Arusha, mais la procureure a souligné  qu’en raison de la crise sanitaire en cours, il n’était pas exclu que Félicien Kabuga soit, dans un premier temps au moins, envoyé à La Haye. Mais au moment où Félicien Kabuga  est arrêté, il y a  des interrogations sur le cas de la veuve de l’ancien Présidents rwandais.

Des interrogations sur le cas  de Mme Habyarimana

Selon certaines personnes, au moment où  Félicien Kabuga est arrêté,  Mme Habyarimana, la veuve de l‘ancien président rwandais, Habyarimana tué dans un crash d’avion devrait être aussi arrêtée. Cette option a été bottée en touche par son avocat qui selon lui, il  est tendancieux de comparer la situation de cet homme à celle de Mme Habyarimana qui  vit en France depuis l’assassinat de son mari.  

Car elle avait fait l’objet d’une demande d’extradition de Kigali qui avait été refusée par la justice française et d’une plainte de plus de 10 ans qui n’a jamais donné lieu à aucune poursuite. « Agathe Habyarimana, est particulièrement choquée par certains commentaires ayant accompagnés l’annonce de l’arrestation de Félicien Kabuga sur le territoire français le week-end dernier, commentaires qui tendraient à vouloir relier son sort et sa situation judiciaire en France avec celle de Félicien Kabuga qui, je le rappelle, est poursuivi et ce depuis de nombreuses années par la juridiction pénale internationale, ce qui n’a jamais été le cas de madame Habyarimana », indique maître Philippe Meilhac .

L’avocat de Mme Habyarimana a ajouté que cet amalgame  ne correspond pas du tout à la réalité judiciaire. Somme toute pour lui Agathe Habyarimana est placée sous le régime témoin assistée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *