Des emplois pour une nouvelle génération : reconstruire le marché du travail nigérian après le Covid

Le travail est le principal atout des personnes les plus pauvres du monde. Cela signifie que le marché du travail est le principal véhicule par lequel les produits de la croissance économique sont répartis entre les ménages et les individus. Par conséquent, comprendre le marché du travail est crucial pour réaliser l’aspiration du Nigeria à sortir 100 millions de personnes de la pauvreté d’ici 2030, un objectif ambitieux, puisque même avant la crise du COVID-19, environ 4 Nigérians sur 10 vivaient en dessous du seuil de pauvreté national.

Fournir suffisamment d’emplois productifs aux jeunes nigérians (le terme « jeunes » désignent les personnes âgées de 15 à 29 ans) et à la croissance démographique présente un défi particulier ; même sans la pandémie, plus de 30 millions de jeunes devraient déjà avoir besoin d’un emploi en 2021.

Les emplois informels et précaires dominent le marché du travail nigérian

Le chômage, la part de la population active cherchant du travail, mais n’en trouvant pas, n’est pas fortement lié à la pauvreté au Nigeria. En moyenne, les États nigérians ayant des taux de chômage officiels plus élevés ont tendance à avoir des taux de pauvreté plus faibles. Le chômage est également concentré parmi les personnes les plus instruites, qui peuvent se permettre d’être sélectives quant aux emplois qu’elles occupent. Étant donné que la plus grande partie de la pauvreté au Nigéria est une pauvreté « au travail », la question la plus cruciale est de savoir ce que font les Nigérians, et non s’ils travaillent du tout.

Voici une vidéo montrant le monde de l’entrepreneuriat pour les jeunes au Nigeria :

L’informalité est depuis longtemps répandue sur le marché du travail nigérian. Depuis au moins une décennie, environ 85 % des travailleurs du pays, plus de la moitié de sa population en âge de travailler (« en âge de travailler » fait référence aux personnes âgées de 15 à 64 ans), ont été engagés dans des exploitations familiales ou des ménages non agricoles. Seule une petite partie des personnes en âge de travailler, environ 1 sur 10, était salariée. Cela reflète le fait que la transformation structurelle n’a pas progressé de manière significative au Nigéria, l’économie continuant de dépendre des exportations de pétrole brut.

Les jeunes écourtent leurs études pour faire face aux crises récentes

Compte tenu du manque de résilience du marché du travail nigérian, des personnes, en particulier des jeunes, ont commencé à travailler à la suite de la récession pétrolière de 2016 et de la crise du COVID. Entre 2015/16 et 2018/19, la part des Nigérians en âge de travailler qui travaillaient est passée de 60,8 % à 67,3 %, tandis que la part des jeunes Nigérians qui travaillaient a encore augmenté, passant de 38,6 % à 50,7 %. 

De même, alors que l’emploi plongeait au début de la pandémie (en particulier, la part des principaux répondants des ménages NLPS qui travaillaient a diminué de moitié entre la mi-mars 2020 et avril/mai 2020. Les principaux répondants ne représentent pas l’ensemble de la population en âge de travailler, sur laquelle les informations n’ont été collectées qu’en septembre 2020 et les séries de février 2021 du NLPS, mais ce groupe fournit une impulsion utile pour ce qui s’est passé sur le marché du travail), en février 2021, la part des Nigérians en âge de travailler qui travaillaient était nettement plus élevée que prévu, compte tenu des tendances saisonnières précédentes.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.