Des terroristes attaquent des gardes présidentiels à Abuja et tuent huit soldats

Des hommes armés ont attaqué vendredi des responsables du 7e bataillon de la garde présidentielle de l’armée nigériane. L’incident, qui s’est produit tard vendredi soir autour du Bwari Area Council d’Abuja, a fait trois blessés parmi les soldats et huit tués. Deux des membres du personnel tués étaient des officiers, dont un capitaine et un lieutenant, tandis que les autres étaient des soldats.

Selon une source au sein de l’armée, l’objectif principal des terroristes est d’attaquer la faculté de droit nigériane de Bwari et ils auraient déjà campé dans la région. L’armée nigériane n’a pas encore officiellement réagi à l’attaque. Le porte-parole de l’armée, Onyema Nwachukwu, n’a pas décroché ni renvoyé les appels sur son téléphone.

Attaques similaires

L’attaque contre la brigade des gardes, dont le devoir est de protéger le président, survient quelques semaines après que des terroristes ont lancé une attaque similaire contre un convoi présidentiel à Dutsinma, dans l’État de Katsina. Le même jour, des terroristes ont envahi la prison de Kuje à Abuja et libéré des centaines de détenus, dont des suspects de Boko Haram. L’attaque de vendredi s’est également produite deux jours avant que les terroristes ne diffusent une vidéo les montrant en train de malmener des personnes enlevées dans le train Abuja-Kaduna.

Voici une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

L’un des terroristes de la vidéo a menacé que son groupe enlèverait le président Buhari, le gouverneur de l’État de Kaduna Nasiru El-Rufai et d’autres Nigérians éminents et déstabiliserait le pays si leurs demandes n’étaient pas satisfaites. Les terroristes ont également menacé de tuer et de vendre certains des passagers restants du train Abuja-Kaduna sous leur garde.

Un message fort au gouvernement

Ils ont envoyé un message fort au gouvernement. Ils veulent en effet voir les dirigeants se plier devant leur force. C’est une situation très inquiétante qui peut probablement créer de nombreuses tensions dans le pays. Ceux que vous voyez ici, ils en garderont certains comme esclaves et les vendrons comme leur Imam a dit dans le passé.

Tout comme les filles de Chibok qui ont été vendues, ils vendront également celles-ci comme esclaves. Si on ne respecte pas leurs exigences, ils tueront ceux dont ils ont besoin pour tuer et vendront le reste. Par la grâce de Dieu, El-Rufai, Buhari, ils les amèneront ici. Jusqu’à récemment, le FCT jouissait d’une paix relative, par rapport à certains États voisins comme le Niger et Kaduna où des terroristes, localement appelés bandits, opèrent presque quotidiennement. Malgré la détérioration de la situation sécuritaire, le gouvernement Buhari a insisté à plusieurs reprises sur le fait que la sécurité s’était améliorée sous le président.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.