Mali: le pari de l’entrepreneuriat pour la Fondation Maliba

Comme tous les pays du monde, le Mali a célébré le 1er mai 2022 la journée internationale du travail. Ce fut l’occasion pour Aliou Diallo, président-d’honneur d’ADP-Maliba, de saluer le courage et le patriotisme des travailleurs maliens dans un contexte difficile pour l’économie nationale.

Le dimanche 1er mai 2022, le Mali a célébré la journée nationale du travail. A cette occasion, Aliou Diallo, président-d’honneur d’ADP-Maliba, a adressé un message de reconnaissance aux travailleurs maliens. Il a loué leur « courage », leur « engagement », leur « résilience » et leur « patriotisme » au moment où le Mali vit une crise multidimensionnelle. En effet, dans un contexte très difficile de crise sécuritaire, sanitaire, alimentaire et politique, avec notamment des sanctions de la CEDEAO, ses compatriotes ont su se battre pour maintenir l’économie nationale à flot. Pour sa part, il contribue au renflouement des caisses de l’Etat à travers sa compagnie Hydroma, pionnière mondiale de l’exploitation de l’hydrogène naturel.

Financement de projets et formation en commerce de savons 

S’inspirant de sa réussite insolente dans le monde des affaires, Aliou Diallo s’est lancé dans la promotion de l’entrepreneuriat à travers sa Fondation Maliba. Depuis plusieurs années, celle-ci finance des projets générateurs de revenus pour les jeunes et les femmes. A ce jour, elle a pu donner vie à plus de 700 projets et créer environ 3.500 emplois directs et indirects. En permettant aux jeunes maliens et maliennes de se prendre en charge, voire de prétendre à un certain niveau de vie, l’organisation philanthropique contribue à réduire la pauvreté, l’émigration clandestine, l’exode rural et le grand banditisme.

L’aide à l’entrepreneuriat prend également la forme de formations, principalement en fabrication et commercialisation de savons modernes. Mais également d’autres produits comme l’eau de javel, le gel hydroalcoolique et le détergent. Une formation a été donnée en janvier 2021 à 1.000 femmes du district de Bamako, une autre en février de la même année à 40 femmes de Nioro du Sahel et 100 femmes de Kayes. La dernière initiative a eu lieu en mars dernier et concernait 230 femmes issues du Cercle de Koutiala. Elle a coûté plus de quarante millions de Francs CFA à Aliou Diallo.

Un « Plan Marshall pour le Mali » au service de l’entrepreneuriat 

Par ailleurs, la Fondation Maliba appuie les organisations féminines rurales en leur distribuant des moulins à grain. A ce jour, plus de 300 moulins ont été distribués dans des communes comme Yanfolila, Koulikoro, Nioro, Sikasso et Mopti. L’association fait aussi don de matériel de transformation alimentaire (séchage de poisson) à des coopératives, dont celle de Badialan (Commune 3). En axant ses actions sur les femmes, Aliou Diallo souhaite leur donner leur autonomie financière. Le milliardaire pourrait ainsi être à l’origine d’un renouveau du mouvement des nanas benz, ces puissantes femmes d’affaires d’Afrique de l’ouest des années 60 à 70.

Pour aller plus loin dans son soutien à l’entrepreneuriat, Aliou Diallo se présente à la prochaine élection présidentielle avec un plan colossal baptisé « Plan Marshall pour le Mali ». Ce programme pharaonique de 15.000 milliardaires de Francs CFA vise la reconstruction totale du Mali. L’un de ses principaux volets, aux côtés de la construction des infrastructures, est le financement massif de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Selon lui, cela permettra la création de dizaines de milliers d’emplois. Ce qui aura le bénéfice de réduire la pauvreté, le grand banditisme, l’exode rural et l’émigration clandestine.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.