Pourquoi l’Afrique devient un acteur plus important dans l’économie mondiale ?

Depuis plus d’un siècle, les investissements directs étrangers (IDE) en Afrique étaient presque exclusivement axés sur l’extraction et l’exportation de ressources naturelles. Mais depuis le tournant du millénaire, l’élan a changé, et au cours des dernières années, la tendance s’est finalement inversée. Les investisseurs mondiaux viennent maintenant en Afrique plus souvent pour la promesse de son peuple que pour ses propriétés physiques.


Le pétrole et les mines comptent désormais pour une minorité des entrées de capitaux à long terme, avec davantage d’investisseurs axés sur les télécommunications, la vente au détail et les services. Les industries extractives ont représenté plus de la moitié des IDE une seule fois au cours des sept dernières années, selon une base de données des nouveaux investissements maintenue par les professionnels d’EY.

Une destination plus attractive

Mais les tendances à long terme mesurées sur des décennies plutôt que sur des années montrent que les pays africains sont désormais des destinations d’investissement plus attrayantes. Tout cela se passe dans la dernière région du monde offrant un dividende démographique : l’Afrique subsaharienne sera bientôt le seul endroit avec des taux de natalité au niveau de remplacement ou plus.

Voici la liste des lieux où investir :

Les nouvelles chaînes de valeur qui se développent s’appuient sur les plateformes de télécommunications, l’agroalimentaire et l’énergie. Mais l’évolution à l’écart des industries extractives n’est pas seulement fonction de l’amélioration du climat d’investissement en Afrique subsaharienne, par exemple, les industries extractives représentent une part plus faible de l’investissement total, mais le taux augmente et diminue en réponse aux prix du pétrole. Les pays ailleurs dans le Sud global sont devenus plus développés, avec des coûts de main-d’œuvre plus élevés et des marchés de consommation en maturation qui suggèrent des rendements à long terme plus faibles là-bas.

Une croissance du PIB attendue

Les perspectives économiques à court terme de l’Afrique subsaharienne étaient décidément mitigées, avant même que le coronavirus ne commence à étrangler l’économie mondiale. La croissance du PIB devait croître à un taux de 3,6 % en 2020, selon les prévisions du Fonds monétaire international, un point décimal supérieur à la prévision mondiale, mais ensuite, cela a été ramené à une contraction de 1,6 %.

Le fardeau de la dette est en augmentation, étant donné que de nombreux pays africains de premier plan ont été accueillis sur les marchés mondiaux des euro, obligations dans les années 2010 et ont accepté des prêts bilatéraux, souvent à des taux d’intérêt inférieurs à ceux du financement commercial, mais supérieurs à ceux pratiqués par les multilatéraux. Les ratios dette/PIB revenaient aux niveaux observés au début des années 2000, avant un important cycle d’allégement de la dette du Club de Paris, un groupe de 22 créanciers souverains occidentaux. En 2020, le déficit budgétaire national moyen était de 4 %, supérieur à la norme recommandée de 3 %.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.