Plus d’un million de morts liés à la pollution de l’air en Afrique en 2019

La pollution de l’air était responsable de 1,1 million de décès en Afrique en 2019. La pollution de l’air des ménages, principalement due aux cuisinières intérieures, représente 700 000 décès. La pollution de l’air extérieur a augmenté et a fait 400 000 morts. Ces chiffres ont été rapportés par une équipe de chercheurs dirigée par le Boston College et le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

En outre, la pollution de l’air coûte aux pays africains des milliards en PIB et peut être corrélée à une perte dévastatrice du développement intellectuel des enfants africains, ont constaté les chercheurs. Dans le premier examen à l’échelle du continent des impacts de grande envergure de la pollution de l’air en Afrique, l’équipe de chercheurs a constaté que si les décès dus à la pollution de l’air domestique ont légèrement diminué, les décès causés par la pollution de l’air extérieure ou ambiante sont en hausse. Les Pompes funèbres 91 ont beaucoup travailler durant cette période en raison de la hausse des décès.

La pollution de l’air extérieur est très préoccupante

Le résultat le plus inquiétant a été l’augmentation du nombre de décès dus à la pollution de l’air ambiant. Même si cette augmentation est encore modeste, elle risque d’augmenter de façon exponentielle en raison du développement des villes africains au cours des prochaines décennies.

Le continent africain subit une transformation massive. La population de l’Afrique est en passe de tripler au cours de ce siècle, passant de 1,3 milliard en 2020 à 4,3 milliards en 2100. Les villes se développent, les économies se développent et l’espérance de vie a presque doublé. La combustion de combustibles fossiles a entraîné une augmentation de la pollution de l’air extérieur qui, en 2019, a tué 29,15 personnes pour 100 000 habitants, contre 26,13 décès pour 100 000 habitants en 1990, selon le rapport.

La deuxième cause de décès en Afrique

Les sources intérieures et extérieures se combinent pour faire de la pollution de l’air la deuxième cause de décès en Afrique, faisant plus de morts que le tabac, l’alcool, les accidents de la route et la toxicomanie. Seul le sida fait plus de morts. La pollution de l’air a tué environ 6,7 millions de personnes dans le monde en 2017. Et l’Afrique fait partie des continents les plus touchés. La pollution de l’air en Afrique a des impacts négatifs majeurs sur la santé, le capital humain et l’économie. Ces impacts augmentent en ampleur à mesure que les pays se développent.

En examinant le bilan sur le développement du cerveau des enfants, les chercheurs ont déterminé que l’exposition à la pollution de l’air chez les nourrissons et les jeunes enfants a entraîné la perte de 1,96 milliard de points de QI à travers le continent. L’équipe a étudié les tendances de la pollution de l’air en Afrique pour déterminer les impacts sur la santé humaine et le développement économique dans 54 pays africains. L’équipe de chercheurs a consacré une attention particulière à trois pays subsahariens en développement rapide, dont le Rwanda, le Ghana et l’Éthiopie.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *