Le 16 février, la ville algérienne de Kherrata a organisé une manifestation pour marquer le premier anniversaire du mouvement de protestation Hirak. C’est dans une petite ville du nord-est que l’année précédente, la première mobilisation contre le président Abdelaziz Bouteflika, aujourd’hui déchu, et son régime a éclaté. 

Cette manifestation est largement considérée comme ayant ouvert la voie à des événements similaires dans d’autres villes qui se sont finalement transformés en des manifestations nationales le 22 février, début officiel du mouvement Hirak. La manifestation de cette année à Kherrata a eu lieu au milieu d’appels à une mobilisation de masse le 21 février, pour commémorer la naissance du mouvement et soutenir les manifestations qui réclament un changement radical en Algérie depuis 52 semaines consécutives. 

L’un des mouvements politiques les plus puissants d’Algérie

Le Hirak est devenu ce que beaucoup considèrent comme l’un des mouvements politiques les plus puissants de l’histoire récente du pays, forçant le remaniement d’une grande partie des dirigeants politiques et économiques sous Bouteflika. Dans un discours prononcé le même jour, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a de nouveau qualifié le Hirak de « bienheureux » et a exprimé sa volonté d’introduire des changements radicaux dans le pays conformément aux exigences du mouvement. 

Selon certains observateurs, le 22 février a été la fin d’une Algérie et le début d’une autre. C’est la toute première fois que le pays assiste à un mouvement national qui vise à faire tomber l’ensemble du système. Il n’est plus aussi puissant qu’avant, les gens ne sont plus divisés comme avant et le Hirak est aussi entré dans un contexte économique dans lequel il est très difficile pour le système de continuer à acheter la paix sociale. 

Un mouvement pacifique

L’une des caractéristiques qui a permis au Hirak de durer est le pacifisme indéfectible qu’il a maintenu depuis ses débuts, largement attribué aux souvenirs des Algériens de la guerre civile dans les années 90, de la peur instrumentalisée par le régime depuis lors, ainsi que de la violence dans les pays voisins. 

Le pacifisme est la caractéristique la plus importante du Hirak. Les Algériens ont affirmé que le pacifisme est leur force. Le Hirak est un mouvement intergénérationnel et diversifié sur le plan social, portant sur des questions transversales telles que la classe sociale, l’idéologie et les groupes ethniques et professionnels, les femmes jouant un rôle central. Tout au long de l’été, le Hirak est resté très populaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *