Le Mali accuse la France de former des terroristes dans le pays

Les déclarations du premier ministre malien, Choguel Kokalla Maiga, sont assez surprenantes. En effet, il y dénonce la décision prise par la France d’aider des groupes terroristes dans l’Afrique de l’Ouest.

Selon Maiga, l’armée française aurait développé une enclave à Kidal. Il s’agit d’une région désertique située au nord du pays. La France l’aurait mis sous le contrôle d’un groupe terroriste d’Ansar al-Din. Ce groupe serait lié à al-Qaïda. Il a déclaré que l’armée malienne avait été interdite d’entrer sur le territoire. Le Mali n’a pas accès à Kidal, c’est une enclave contrôlée par la France, a rapporté Russia Today citant l’interview de Maiga à la société d’État RIA Novosti vendredi.

La déclaration du président français

Cette déclaration intervient quelques jours après que le Mali ait demandé un échange avec l’ambassadeur français afin de parler de son indignation face aux récentes déclarations d’Emmanuel Macron à l’encontre du gouvernement malien.  Selon lui, il est composé par des hauts responsables de l’armée. Les autorités françaises ont décidé de faire revenir dans le pays l’armée française en juin. Cela est lié à la prise de contrôle militaire au Sahel.

Voici une vidéo montrant la situation dans le pays :

Un gouvernement intérimaire dirigé par des civils a été installé par le colonel Assimi Goita, qui a dirigé le coup d’État d’août. Mais il a ensuite déposé les dirigeants de ce gouvernement en mai dernier lors d’un deuxième coup d’État. Le Mali a accusé la France d’abandonner ce pays d’Afrique de l’Ouest suite à sa décision de rappeler ses troupes dans des régions très dangereuses du Sahel.

Des tensions continues entre les deux pays

Depuis la publication d’informations le mois dernier, les tensions entre le Mali et la France se sont intensifiées. Ces informations concernent en outre le recrutement de plus de 1 000 mercenaires par l’État du Sahel. Ce sont des professionnels travaillant pour la société de sécurité privée russe Wagner. Selon le gouvernement français, malgré le retrait de ses forces, la France allait toujours continuer à y installer une base afin de combattre le soulèvement armé au Sahel.

C’est en 2013 que la France a déployé les forces armées dans le pays après la prise de contrôle des rebelles armés. Depuis lors, Paris a déployé des milliers de soldats dans la région du Sahel pour lutter contre le soulèvement armé. Malgré sa présence militaire, la violence s’est propagée au centre du Mali et au Burkina Faso et au Niger voisins. De nombreuses personnes sont mortes au Mali et d’autres ont été déplacées, tandis que des régions entières du pays ont peu ou pas de présence étatique.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.