Mise à jour des perspectives de la sécurité alimentaire au Kenya

Selon le Kenya Food Security Steering Group (KFSSG) 2021 Long Rains Assessment (LRA), les faibles pluies longues de mars à mai 2021 ont entraîné une production agricole inférieure à la moyenne dans les zones agricoles marginales, réduisant les opportunités de travail occasionnel et la disponibilité alimentaire des ménages, zone de conduite Résultats de niveau Stressé (Phase 2 de l’IPC).

Dans les zones pastorales, la régénération des pâturages inférieure à la moyenne a eu un impact négatif sur la production animale, entraînant une production et une consommation de lait inférieures à la moyenne et des prix élevés des aliments de base, entraînant les résultats de la crise au niveau de la zone (Phase 3 de l’IPC). Les restrictions nationales liées au COVID-19 ont continué d’avoir un impact majeur sur les pauvres des villes en limitant les opportunités de revenus et en incitant de nombreux ménages urbains pauvres à s’engager dans des stratégies d’adaptation révélatrices d’une crise (Phase 3 de l’IPC).

Un risque de sécheresse

À la suite des bulletins de l’Autorité nationale de gestion de la sécheresse (NDMA) de juillet, une alerte à la sécheresse pour les zones arides et semi-arides a été déclarée pour la plupart des zones agricoles pastorales et marginales du Kenya à la suite des longues pluies de mars-mai. Selon l’évaluation des pluies longues du KFSSG en 2021, la population ayant besoin d’une assistance humanitaire dans les zones arides et semi-arides a augmenté de 47 % depuis l’évaluation des pluies courtes en février 2021 en raison des effets cumulatifs des saisons de pluie consécutives inférieures à la moyenne sur les récoltes et la production animale, couplés aux effets prolongés de la pandémie de COVID-19 sur l’économie.

Voici une vidéo en anglais relatant la situation :

Au 30 août 2021, le Kenya a confirmé 235 298 cas de COVID-19 avec un taux de positivité quotidien des tests de 9,7 % malgré les efforts de vaccination en cours. Le 18 août, le gouvernement a prolongé le couvre-feu de 22 heures à 4 heures du matin pendant 60 jours et a prolongé l’interdiction des rassemblements, réunions et rassemblements politiques à la suite d’une forte augmentation des cas nationaux de COVID-19. Cependant, les véhicules de service public ont recommencé à transporter des passagers à pleine capacité, réduisant probablement les coûts de transport.

Une économie fragile

Dans les zones urbaines, en particulier les quartiers informels, au moins un ménage pauvre sur cinq est probablement confronté à des résultats de crise (Phase 3 de l’IPC), car les opportunités de revenus restent limitées en raison des effets économiques de la pandémie et des mesures de contrôle prolongées du COVID-19.

En juillet, les prix de gros du maïs sur les marchés de référence urbains se situaient dans la moyenne quinquennale à Kisumu et de 7 à 16 en dessous de la moyenne à Nairobi, Mombasa et Eldoret, soutenus par les approvisionnements transfrontaliers. Dans les zones agricoles marginales, les prix du maïs sont de 7 à 17 pour cent inférieurs à la moyenne quinquennale soutenue par les récoltes des longues pluies en cours. Dans les zones pastorales, les prix du maïs étaient de 14 pour cent inférieurs à la moyenne à Turkana en raison des approvisionnements du comté de Trans Nzoia et de l’Ouganda, mais étaient de 6 à 32 pour cent supérieurs à la moyenne dans le reste des marchés pastoraux en raison de la forte demande soutenue pour la consommation humaine et animale.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *