Réduire le retard de croissance chez les enfants à Madagascar

En 2018, Madagascar avait l’un des taux de retard de croissance les plus élevés au monde. Lié à des soins de santé insuffisants, à une nutrition inadéquate et à un manque d’eau et d’assainissement, le retard de croissance est considéré comme l’un des principaux obstacles à la réalisation de son potentiel par les enfants. La lutte contre le retard de croissance est également importante pour le succès du développement socio-économique d’un pays. Avec des taux de retard de croissance atteignant 50 à 60 % dans certaines régions et 42 % de tous les enfants malgaches touchés, il était impératif que le gouvernement fasse quelque chose pour inverser ces tendances.   

Des preuves mondiales ont montré qu’un ensemble d’interventions à fort impact peut réduire efficacement le retard de croissance. L’approche programmatique multiphasée (AMP) de Madagascar soutenue par l’IDA s’est concentrée sur la réduction de la fragmentation et l’augmentation de la coordination des services de nutrition et de santé tout en mettant en place des systèmes pour maintenir les résultats à plus long terme. En partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et GAVI, the Vaccine Alliance, le programme a développé de nouvelles approches pour améliorer les compétences des prestataires de services. et la qualité des prestations.  

De nombreuses infrastructures développées

Les secteurs de la santé et de la nutrition ont développé conjointement le premier ensemble standardisé de services intégrés de nutrition et de santé et un programme de formation associé. Près de 7 000 agents de santé ont été formés à cette nouvelle approche et plus de 3 000 sites communautaires intégrés de santé et de nutrition ont été créés. 465 établissements de soins de santé primaires supplémentaires ont été renforcés avec les produits et équipements nutritionnels et sanitaires nécessaires pour fournir le nouveau paquet standardisé.   

Voici une vidéo relatant ce problème :

Dans un centre de santé d’un village rural de la province d’Itasy, le programme a formé des agents de santé aux services de santé et de nutrition et fourni des équipements et des produits de base. Un programme d’exemption de frais garantit que les principaux services maternels et infantiles sont fournis gratuitement.  

Des impacts positifs

Dina, mère d’un nouveau-né, explique : « Ils ont surveillé mon poids dès le début de ma grossesse. Et ils m’ont conseillé sur les aliments sains à manger. Je venais régulièrement ici pour être en bonne santé, avoir un poids normal pour mon bébé et éviter les complications lors de l’accouchement. Mon bébé était très lourd, pas comme mes deux autres bébés. Le premier pesait 2,8 kg et le second 2,6 kg. Il pesait 3,5 kg. »

Le programme a déjà touché plus de 680 000 femmes et enfants avec l’approche de santé reproductive, maternelle et infantile et le paquet nutritionnel et jusqu’à 150 000 enfants ont été complètement vaccinés. Grâce à l’approche décennale, le programme atteindra finalement 75 pour cent de tous les enfants à Madagascar, garantissant que leur avenir est plus sain, plus heureux et exempt des effets néfastes du retard de croissance.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *