Ouganda : cette génération aspire au changement

Le chef de l’opposition Bobi Wine fait face à une brutalité policière massive en Ouganda alors qu’il fait campagne pour le changement politique et le pouvoir du peuple. Il explique pourquoi aucune intimidation ne l’empêchera de poursuivre sa campagne menée par des jeunes.

Pour un homme qui vient d’être libéré après un séjour de deux jours en prison, Robert Kyagulanyi Ssentamu, alias Bobi Wine, était en forme lorsque les journalistes l’ont rencontré au siège de la plateforme de l’unité nationale (NUP) à Kampala. La décision du musicien devenu politicien de se présenter aux élections présidentielles du 14 janvier 2021 a été l’une de ces décisions qui ont changé la vie.

Une personne suivie de près

Depuis lors, Wine est resté dans la ligne de mire de l’Organisation ougandaise de la sécurité intérieure, chargée par Museveni de contre-espionnage et de surveillance de l’opposition. L’affrontement le plus grave de cette année a eu lieu le 18 novembre après l’arrestation de Wine à Luuka, à l’est de Kampala, pour avoir organisé un rassemblement en violation de la réglementation sur la pandémie de coronavirus. Les candidats sont censés limiter les rassemblements à 200 personnes.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Lorsque les partisans de Wine sont descendus dans les rues de Kampala et d’autres villes pour protester, des officiers de l’armée et de la police, ainsi que des hommes en civil, ont ouvert le feu. Après deux jours d’affrontements, 54 personnes étaient mortes. Certains d’entre eux étaient des ouvriers ou des étudiants impliqués dans des événements, selon leurs proches.

Plus de problèmes à venir

Les militants des droits de l’homme demandent une enquête indépendante sur ce qui a été le choc politique le plus grave en Ouganda depuis une décennie. Mais beaucoup s’attendent à plus de problèmes avant ce qui sera probablement l’une des campagnes électorales les plus difficiles depuis des années, alors que l’économie souffre des effets de la pandémie et du ralentissement du commerce régional.

C’était la deuxième arrestation de Wine depuis sa nomination à la présidence, et l’une des nombreuses qu’il endure depuis 2017, lorsqu’il a remporté un siège à une élection partielle pour devenir député sur le ticket du Forum de l’opposition pour le changement démocratique (FDC).

Des tactiques de blocage

L’arrestation de Wine en novembre n’a pas été une surprise et il insiste sur le fait que cela n’a rien à voir avec les réglementations de santé publique. La semaine suivante, Wine faisait campagne dans le district de Kayunga, au nord-ouest de Kampala, lorsque son producteur de musique Daniel Oyerwot a été touché à la bouche par une balle en caoutchouc lors de nouveaux affrontements entre ses partisans et les forces de sécurité.

Après cela, Wine se rendait sur un autre site de campagne à Jinja, à l’est de la capitale, lorsque les forces de sécurité ont bloqué sa voiture, lui tirant dessus et en faisant sauter les pneus. Il a ensuite suspendu temporairement sa campagne début décembre pour soulever la question de la violence d’État auprès de la Commission électorale nationale.

“Crédit photo https://africa.fnst.org/”

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.