Le président togolais Faure Gnassingbé a été réélu dimanche soir 23 février. Les résultats ont été diffusés par le Céni (Commission électorale indépendante). Malgré une popularité en baisse, le nouveau président togolais a profité des problèmes rencontrés par l’opposition afin d’arracher la victoire. Elle marque en outre le prolongement du règne de la dynastie familiale qui a débuté en 1967 lorsque son prédécesseur, qui n’est autre que son père, a pris le pouvoir en faveur d’un putsch.

Faure Gnassingbé a été réélu pour le quatrième mandat au premier tour. Selon ces résultats officiels, le président togolais aurait obtenu 72,36 % des voix. L’opposition a en outre dénoncé des fraudes lors de cette élection. En effet, le candidat de l’opposition, Agbéyomé Kodjo n’a recueilli que 18,37 % des voix. L’autre candidat indépendant, Jean-Pierre Fabre, quant à lui, n’a eu que 4,35 % des voix.

Beaucoup de fraudes

De nombreuses fraudes ont été dénoncées par Agbéyomé Kodjo. Selon ce dernier, cette élection a été une véritable catastrophe pour la démocratie. D’ailleurs, le candidat du MPDD (Mouvement patriotique pour le développement et la démocratie) a été présent dans la capitale du pays, à Lomé. Certes, l’élection s’est bien déroulée en général, étant donné qu’il n’y a eu aucune violence. Cependant, la société civile a constaté quelques non-conformités. Les membres de l’opposition ont été interdits d’accès à certains bureaux de vote. De plus, la connexion Internet a momentanément coupé à Lomé.

D’autres faits assez surprenants ont aussi eu lieu, notamment des problèmes d’accréditation de plusieurs observateurs de la société civile. L’annonce de ces résultats est un coup dur pour l’opposition qui s’attendait en outre à une élection transparente. Ce genre de problèmes n’est pas rare en Afrique et même aujourd’hui, on assiste à de nombreuses fraudes lors des élections.

Le taux de participation a augmenté

On a assisté à une hausse du taux de participation, moyennant les 76,63 %. Ce chiffre est beaucoup plus élevé qu’en 2015. De plus, l’annonce des résultats a été très rapide. Il a fallu seulement plus d’un jour pour sortir les tendances.

Faure Gnassingbé, arrivé au pouvoir en 2005 après la mort de son père, le général Gnassigbé Eydéma, qui a dirigé le Togo depuis 38 ans, a depuis été réélu lors d’élections très contestées par l’opposition. Quelques heures seulement avant l’annonce des résultats officiels, le candidat de l’opposition était sûr qu’il allait être élu président. Malheureusement, ceci n’a pas été le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *