Soins de santé en Afrique du Sud : comment l’inégalité contribue à l’inefficacité ?

L’Afrique du Sud a un système de santé à deux niveaux et très inégal. Le secteur public est financé par l’État et dessert la majorité, 71 %, de la population. Le secteur privé est en grande partie financé par des contributions individuelles à des régimes d’aide médicale ou d’assurance maladie et dessert environ 27 % de la population. 

Le secteur public est sous-financé alors que la plupart des Sud-Africains ne peuvent pas se permettre le coût exorbitant des soins privés. Pour équilibrer la balance, le gouvernement a déposé le Régime national d’assurance maladie. La proposition était de fournir des soins de santé universels en achetant des services à des professionnels de la santé par le biais d’un fonds national d’assurance maladie. Ces services seraient ensuite dispensés dans des établissements privés et publics. Mais il reste de nombreuses questions sans réponse sur le fonctionnement exact de ce système et de nombreux doutes à son sujet. 

Quelles sont les solutions ?

Il y a une énorme opportunité de réformer le système. La plus grande leçon tirée du COVID-19 est que s’il y a une mauvaise utilisation de la santé aux niveaux inférieurs, les gens courent un risque accru de maladie grave et de décès dus au COVID-19. Les comorbidités sont un facteur de risque pour le COVID-19. Si le secteur de la santé faisait un meilleur travail de diagnostic et de traitement des personnes vivant avec le diabète au niveau communautaire, par exemple, les résultats seraient meilleurs.

Voici les défis liés aux soins de santé en Afrique :

Si le pays disposait d’un solide réseau de soins de santé primaires avec des agents de santé communautaires compétents et bien formés, il aurait eu de meilleures chances de contenir la propagation du COVID-19 et de relier les gens aux soins plus tôt afin de réduire les décès.

Nous devons également examiner l’efficacité des hôpitaux. Certaines questions fondamentales doivent être posées, telles que faisons-nous le travail qui devrait être fait dans un hôpital ? Oui, il est difficile de refuser les gens. Mais tant de choses sont mal faites dans les hôpitaux du secteur public.

Comment l’Afrique du Sud doit-elle gérer la nature inégale de l’offre de soins de santé ?

Le pays doit trouver un moyen de s’assurer que la disponibilité des soins est répartie plus uniformément dans tout le système. Nous ne pouvons pas examiner les secteurs privé et public séparément. L’un a un impact sur l’autre.

Le système de santé sud-africain est inefficace, tant public que privé. Le coût des soins de santé est trop élevé. À long terme, l’amélioration de la qualité des soins dans le secteur public équilibrerait le besoin des gens d’avoir une assurance médicale coûteuse.

Les cadres institutionnels de l’Afrique du Sud perpétuent l’inégalité au lieu de s’y attaquer. Les soins de santé financés par l’État ne sont pas attribués en fonction des besoins, mais déterminés par la part relative de la population de chaque province. Dans ce scénario, le financement des provinces du Cap occidental et du Cap oriental serait à peu près le même, malgré un contexte de mise en œuvre très différent. Lorsque vous considérez la vaste zone couverte par le Cap oriental, il est clair que les dispositions actuelles ne traitent pas l’inégalité d’accès.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.