L’Afrique a enfin la tête dans le cloud, mais est-il privé, public ou hybride ?

À une époque de migration numérique accélérée et de mouvements de modernisation, le Cloud a été présenté comme un véritable salut pour la poursuite des opérations et une efficacité accrue. Mais l’Afrique suit-elle cette tendance mondiale ? La réponse, vous trouverez, se situe quelque part au milieu.

Si vous regardez l’Afrique du point de vue du développement économique, vous supposeriez rapidement que le continent n’est pas prêt à tirer parti des dernières tendances de la technologie Cloud. Mais vous auriez tort. Le simple fait que l’Afrique ait connu une faible croissance économique historique est la raison pour laquelle elle est parfaitement adaptée pour sauter sur le Cloud plus rapidement que ses pairs.


Les investisseurs internationaux se bousculent pour financer l’essor du marché africain du Cloud Computing. La prolifération des smartphones, l’adoption massive de logiciels d’entreprise et les perspectives générales de croissance économique ont entraîné une forte demande de centres de données à construire à l’intérieur des frontières continentales. Une jeune population mobile stimule la demande des utilisateurs finaux et le potentiel du prochain boom du Cloud.

Qu’est-ce qui cause le décalage ?

Il y a deux principaux responsables du manque d’élan de Cloud en Afrique. Tout d’abord, la piraterie reste un gros problème sur le continent. De nombreuses entreprises continuent d’utiliser des versions existantes sur site de logiciels piratés. Bien que cela soit vrai partout dans le monde, c’est particulièrement vrai en Afrique, où le coût éclipse parfois la sécurité ou les fonctionnalités.

Voici une vidéo parlant du potentiel du cloud :

Dans son rapport de juin 2018, The Software Alliance a indiqué que le taux global de logiciels piratés au Moyen-Orient et en Afrique était de 56 %. Trois ans plus tard, et je peux vous promettre que peu de choses ont changé. Il est extrêmement difficile de poursuivre et de poursuivre. Les entreprises comprennent que le risque de sécurité réduit combiné aux dernières fonctionnalités valent l’abonnement mensuel.

Deuxièmement, le passage au Cloud n’est en aucun cas une entreprise facile. Nous avons vu beaucoup de fragmentation en ce qui concerne la compréhension des affaires. Il y a un bras de fer entre ce qu’ils peuvent faire avec le Cloud et ce qu’ils sont prêts à faire. Cependant, les dirigeants d’organisations commencent à comprendre que toute stratégie doit inclure des investissements technologiques.

L’essor de l’hybride : la fin du chemin pour certains, un tremplin pour d’autres

Pourquoi est-ce qu’en Afrique, la plupart des nouveaux développements sont décomposés en un débat public contre privé ? Avec le Cloud, les deux ne sont pas différents. Généralement, les investissements dans le cloud existent sous la forme d’un déploiement architectural unique, c’est-à-dire public ou privé. Public étant les grands fournisseurs de services Cloud comme Amazon Web Services et Microsoft Azure, et privé étant un environnement entièrement contrôlé par un seul client, généralement spécialement conçu pour une entreprise particulière.

Pourtant, beaucoup ont choisi le meilleur des deux mondes, car une solution cloud hybride fonctionne dans les deux. Le cloud hybride combine un cloud privé avec un ou plusieurs services de cloud public où l’entreprise utilise des charges de travail optimisées pour le modèle de déploiement sélectionné. Le cloud public présente des avantages inhérents, notamment une évolutivité presque infinie et une gamme imbattable d’offres de fournisseurs de services indépendants (ISV). Le cloud privé répond aux exigences réglementaires en matière de données à faible latence et est conçu pour des installations spécifiques. Au final, en ces temps précaires, les services de Cloud hybride deviennent puissants, car ils permettent aux entreprises de mieux contrôler leurs données privées.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.