Un tribunal ougandais condamne le trafiquant de perroquets congolais à 7 ans de prison

Le 12 mai, un juge du tribunal ougandais spécialisé dans les crimes contre les espèces sauvages a condamné Bob Mbaya Kabongo à une peine de sept ans de prison pour avoir fait passer en contrebande 122 perroquets gris d’Afrique dans le pays depuis la République démocratique du Congo. Son arrestation, ses poursuites et sa condamnation rapides ont été bien accueillies par les organisations de conservation ainsi que par l’Uganda Wildlife Authority.

Le 14 avril, Mbaya a été arrêté avec les gris d’Afrique (Psittacus erithacus) à Kisoro, dans l’ouest de l’Ouganda. L’opération conjointe de l’armée, la police et l’Uganda Wildlife Authority ou UWA ont permis l’arrestation du ressortissant congolais.

L’Ouganda combat le trafic d’animaux

Comparaissant devant le tribunal, Mbaya a plaidé coupable d’importation d’animaux sauvages en Ouganda sans permis valide et de possession illégale d’espèces protégées en violation de la loi ougandaise sur la faune.

En lisant sa peine, la magistrate en chef Gladys Kamasanyu a déclaré qu’une peine privative de liberté enverra un message aux autres étrangers que l’Ouganda n’est pas une plaque tournante de l’abus des créatures de la faune.

Voiciune vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

Bashir Hangi, responsable des communications pour l’UWA, a déclaré que ce qui est important, c’est que la loi a suivi son cours, et ils ont vu la justice rendue par les huissiers de justice. Bien sûr, ils demandent des sanctions plus sévères à l’avenir, mais pour l’instant, ils les remercient et les applaudissent. Les organisations de conservation au-delà des frontières ougandaises ont également salué le succès des poursuites contre Mbaya.

Un avertissement sévère

C’est un avertissement sévère à tout trafiquant potentiel que si vous pensez que vous allez mettre le feu à votre maison parce que vous allez courir chez un voisin, la même chose vous attend, a déclaré Adams Cassinga, fondateur et PDG de ConservCongo, une ONG qui travaille à la protection de la biodiversité en RDC, a déclaré que jusqu’à 90 % des produits de la faune commercialisés illégalement en Ouganda provenaient de l’autre côté de la frontière. Il a déclaré que l’arrestation et la condamnation de Mbaya avaient envoyé un message puissant aux trafiquants d’espèces sauvages.

Ils n’ont plus de place pour se cacher. Ils vont les chercher, et s’ils sautent d’un piège, ils tomberont dans le suivant, jusqu’à ce que le trafic d’espèces sauvages devienne une chose du passé.

Rowan Martin, directeur basé à Londres du programme de conservation de l’Afrique du World Parrot Trust, est d’accord. Une peine de cette taille crée un précédent important et devrait avoir un effet dissuasif fort. Il a déclaré qu’un certain nombre de mesures doivent être prises pour mieux protéger les espèces menacées du trafic illégal, à commencer par le renforcement de la législation dans plusieurs pays où les perroquets gris d’Afrique sauvages peuvent encore être piégés légalement. C’est le cas en RDC, bien que l’exportation de perroquets soit interdite.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.