Une échauffourée entre le Sénégal et le MFDC met des centaines de soldats dans une situation difficile

Des centaines de Gambiens déplacés à l’intérieur du Fonis, près de la frontière entre la Gambie et la Cassamance, ont besoin d’aide humanitaire dans un contexte d’échauffourée entre l’armée sénégalaise et le MFDC. L’armée sénégalaise a lancé samedi une opération contre le Mouvement des forces démocratiques de Cassamance (MFDC) dans une forme de représailles à la suite d’un fracas entre les deux parties il y a un mois et demi qui a fait quatre morts et la capture de sept soldats sénégalais servant le Mission CEDEAO en Gambie.

Le président a annoncé lundi une promesse de don de 5 millions de dalasis pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI), qui sera décaissée par l’intermédiaire de l’Agence nationale de gestion des catastrophes (NDMA), l’organisme responsable des questions liées aux catastrophes dans le pays. M. Barrow avait également demandé à la vice-présidente, le Dr Isatou Touray, de travailler avec les agences gouvernementales compétentes pour répondre d’urgence aux besoins pressants des personnes déplacées.

Des centaines de réfugiées

Au moins 115 personnes se sont réfugiées à Bujinha, le village natal de la mère de l’ancien président Yahya Jammeh à la suite de l’opération militaire sénégalaise de samedi contre le MFDC dans la région méridionale de la Cassamance. Les réfugiés sont originaires des villages de Karrol, Kappa, Karan, Monom, Karunor et Funtang dans le district de Foni Kansala. D’autres se sont réfugiés dans différents villages de Kampant.

Voici une vidéo relatant ces faits :

L’alkalo (chef du village) de Bujinha, Abdoulie Bojang, surnommé Aba, a déclaré que les réfugiés ont commencé à arriver dans son village samedi. Ils sont ici depuis samedi en raison des opérations militaires dans la région de Cassamance, a-t-il confirmé. Quand ils sont arrivés ici, ils les ont hébergés dans leurss maisons, mais ils n’ont pas de nattes et de matelas pour eux et c’est dommage.

Aucune aide

M. Bojang a déclaré que depuis l’arrivée des déplacés internes, aucune réponse humanitaire n’a été reçue du gouvernement ou d’une quelconque ONG. M. Bojang, qui a fui en laissant ses fils derrière lui, a reproché au dirigeant gambien Adama Barrow d’avoir laissé cette situation laide se produire. C’est très triste qu’ils aient dû quitter leur village et venir à cause de cette bagarre entre le Sénégal et le MFDC, a-t-il déclaré. Ils ont laissé leurs denrées derrière eux et sont devenus un fardeau pour les autres.

Même si ces gens sont leur famille, ils sont toujours obligés de vivre avec eux. C’est vraiment un fardeau. M. Bojang, qui avait vu les balles à l’œil nu à cause des coups de feu, a déclaré que la brousse autour de Karrol avait été incendiée à cause des coups de feu et avait mis les animaux dans le besoin.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.