Une tentative de coup d’État en Guinée

Un coup d’État signalé dans l’État ouest-africain de Guinée-Bissau a tué de nombreux membres des forces de sécurité, a déclaré son président. Umaro Cissoko Embaló a déclaré que la situation était sous contrôle, la qualifiant d’attaque ratée contre la démocratie. Des coups de feu ont éclaté mardi près d’un bâtiment gouvernemental dans la capitale Bissau, où le président aurait assisté à une réunion du cabinet.

Des soldats auraient détenu le président et ses ministres. Des hommes armés lourdement armés non identifiés ont attaqué le palais du gouvernement alors que le président Embaló rencontrait le Premier ministre Nuno Gomes Nabiam à l’intérieur, selon des informations provenant du terrain.

Des coups de feu ont été signalés

Les dirigeants régionaux d’Afrique de l’Ouest ont décrit l’incident comme une tentative de coup d’État et ont exhorté les troupes à retourner dans leurs casernes. Mais ce qui s’est passé reste flou : on ne sait pas encore qui était le tireur et le président n’a pas donné de chiffre exact pour les personnes tuées. L’un des pays les plus pauvres du monde, l’ancienne colonie portugaise a connu neuf coups d’État ou tentatives de coup d’État depuis 1980.

Voici une vidéo relatant cette nouvelle :

Aux prises avec une dette extérieure massive et une économie qui dépend fortement de l’aide étrangère, le pays est également devenu un point de transit pour la drogue latino-américaine, ce qui l’a conduit à être surnommé par certains le premier narco-État d’Afrique. Mardi soir, M. Embaló a déclaré que l’attaque bien préparée et organisée aurait pu être liée à des personnes impliquées dans le trafic de drogue”, mais n’a pas donné plus de détails. Alors que M. Embaló a remporté l’élection présidentielle de décembre 2019, il a dû faire face à une confrontation de dernière minute avec le Parlement avant de prendre ses fonctions en février suivant.

Les coups d’État semblent faire leur grand retour

Les coups d’État semblent faire leur grand retour en Afrique de l’Ouest et du Centre. Au cours des deux dernières années, des prises de contrôle militaires ont eu lieu au Mali, au Tchad, au Burkina Faso et en Guinée, ainsi que plus à l’est au Soudan. Alors que les événements en Guinée-Bissau se déroulaient, le bloc politique et économique régional de la CEDEAO, ainsi que la Station unie, ont émis des condamnations. Mais une chose que ces coups d’État montrent clairement, c’est qu’il y a très peu d’organismes internationaux qui peuvent émettre des moyens de dissuasion.

La CEDEAO a émis des sanctions contre le Mali et le Burkina Faso, mais ils n’ont pas arrêté la vague de coups d’État dans la région. La Guinée-Bissau a également fait l’objet de sanctions au cours de la dernière décennie. Dans une récente interview, le chef de la commission de la CEDEAO a déclaré que les sanctions contre la Guinée-Bissau avaient été efficaces, car elles avaient aidé le pays à revenir à la paix. Cette évaluation semble maintenant avoir été prématurée.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.