Ce que la 5G signifie pour l’Afrique

La transition mondiale vers la 5G bat son plein ; il y avait 103 réseaux 5G en direct dans 45 pays et territoires à travers le monde en septembre 2020. GSMA Intelligence estime que le nombre de connexions 5G atteindra 172 millions dans le monde d’ici la fin de cette année, représentant un peu plus de 2 % du total des connexions mobiles.

L’Asie est en avance sur le reste du monde ; la Chine à elle seule compte aujourd’hui environ quatre connexions 5G sur cinq, tandis qu’en Corée du Sud, la 5G représente près d’un cinquième du total des connexions mobiles.  

L’ère de la 5G en Afrique a officiellement commencé en 2020 avec le lancement de services commerciaux d’accès sans fil fixe et mobile 5G par deux des plus grands fournisseurs de services mobiles du continent, Vodacom et MTN, en Afrique du Sud. En effet, cette décision est intervenue plus tôt que prévu après que le gouvernement sud-africain a attribué un spectre temporaire dans la plage de 3,5 GHz à la suite de la pandémie de Covid-19.

De nombreux opérateurs continuent leur déploiement

Ailleurs en Afrique, Telma Madagascar et Cable & Wireless Seychelles ont annoncé leur intention de lancer des services commerciaux, tandis que des essais 5G ont été menés en Égypte, au Gabon, au Kenya, au Maroc, au Nigeria, en Ouganda et sur l’île de la Réunion dans l’océan Indien.

Voici les raisons de ce déploiement lent :

Les années 2020 verront des activités 5G plus répandues, avec des services commerciaux qui devraient être disponibles sur certains des plus grands marchés du continent d’ici 2025. D’ici là, il y aura un peu moins de 45 millions de connexions mobiles 5G en Afrique, ce qui équivaut à 3,3% du total des connexions mobiles. Ce chiffre est dérisoire par rapport à la moyenne mondiale de 21 % et souligne le point de vue de la GSMA selon lequel l’adoption de la 5G par le marché de masse n’est pas imminente. 

Ce point de vue est fondé à la fois sur des réalités commerciales et réglementaires. D’un point de vue commercial, il est difficile de justifier la mise de fonds pour le déploiement de la 5G sur le marché de masse par rapport aux niveaux actuels de demande pour une connectivité améliorée et des cas d’utilisation en Afrique. D’un point de vue réglementaire, la nécessité de prendre en charge les services vocaux traditionnels dans un avenir prévisible rend difficile le saut.

Une adoption lente

Sur les marchés où une grande partie du trafic vocal s’exécute toujours sur les réseaux 2G et les appareils en mode 2G, il sera difficile de sauter la 4G et de migrer vers la 5G sans d’abord prendre des mesures pour migrer la voix 2G/3G vers VoLTE sur les réseaux 4G.

À court et moyen terme, par conséquent, les gouvernements et l’industrie mobile de la région se concentreront sur les efforts visant à accroître l’adoption de la 4G parmi les utilisateurs mobiles. Cela impliquera des stratégies visant à rendre les appareils 4G plus abordables et la fourniture de contenu numérique pertinent pour stimuler la demande de services de connectivité améliorés.

Un niveau plus élevé d’adoption de la 4G et de demande de services de connectivité améliorés sera crucial pour préparer les consommateurs à la 5G, ainsi que pour renforcer l’analyse de rentabilisation du déploiement de la 5G pour les acteurs de l’industrie mobile.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.