Le Soudan du Sud risque un conflit à grande échelle

Un rapport des Nations Unies prévient que la lenteur de la mise en œuvre d’un accord de paix revitalisé au Soudan du Sud risque de replonger le pays dans un conflit à grande échelle.

Les divisions politiques, militaires et ethniques au Soudan du Sud s’élargissent, conduisant à de multiples incidents violents entre les principaux signataires du cessez-le-feu de l’année dernière, la possibilité d’une reprise de la guerre et près de 100 000 personnes confrontées à des conditions de famine, a-t-il indiqué.

Dans le rapport de 81 pages envoyé au Conseil de sécurité de l’ONU lundi, un groupe d’experts a déclaré que les réformes lentes du gouvernement du président Salva Kiir et plus d’un an de conflits politiques et de désaccords sur la manière de mettre en œuvre le cessez-le-feu de février 2020 et un 2018 L’accord de paix a conduit à des relations effilochées entre Kiir et le premier vice-président Riek Machar.

La colère continue de croître

Le mécontentement au sein du Mouvement de libération du peuple soudanais de Kiir et sa base de pouvoir dans le groupe ethnique Dinka à propos de sa gestion de la transition a conduit à des appels à un nouveau leadership, selon le rapport.

Il a cité plusieurs sources confidentielles dans le camp de Kiir, affirmant que des divisions s’étaient formées autour de la répartition des positions gouvernementales et que les tentatives du président de gérer les tensions internes entre ses partisans avaient échoué et avaient entraîné des incidents de sécurité en dehors de la capitale.

Voici une vidéo relatant ce conflit :

Quant à Machar, le panel a déclaré que son incapacité à influencer la prise de décision du gouvernement ou à stimuler la mise en œuvre du cessez-le-feu a conduit le Mouvement populaire de libération du Soudan, Armée dans l’opposition, que dirige le vice-président, à commencer à se séparer.

400 000 personnes tuées

Il y avait de grands espoirs de paix et de stabilité une fois que le Soudan du Sud, riche en pétrole, a obtenu son indépendance du Soudan en 2011. Mais le pays a sombré dans la violence ethnique en décembre 2013 lorsque les forces fidèles à Kiir ont commencé à combattre les fidèles à Machar, son ancien vice-président qui appartient à l’ethnie Nuer.

Une pression internationale intense a suivi le récent accord de paix et le gouvernement de coalition dirigé par Kiir, avec Machar comme adjoint. Mais le gouvernement n’a pas réussi à réaliser de nombreuses réformes, y compris l’achèvement de l’unification du commandement de l’armée, la graduation d’une force unifiée et la reconstitution de l’Assemblée législative nationale de transition. Compte tenu des préoccupations de la société civile, des dirigeants politiques et des responsables militaires concernant la capacité de l’accord à apporter une paix durable au Soudan du Sud et leurs appels naissants à M. Kiir et M. Machar à démissionner, un engagement urgent est nécessaire pour éviter un retour à un conflit à grande échelle.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.