Pourquoi l’Internet mobile est-il si cher dans certains pays africains ?

Au Malawi, les gens paient environ 87 % du revenu national brut par habitant pour 1 Go de données mobiles. Les Rwandais ne paient que 2 %. Pourquoi un tel écart ?

Ce n’est qu’en Amérique que les données mobiles sont plus chères

Les coûts sont un défi pour la plupart des Africains. En moyenne, les fournisseurs africains facturent 3,30 dollars par gigaoctet, comme le montre une enquête mondiale du fournisseur britannique Cable UK. Seul le continent américain a des prix plus élevés. Étant donné que les revenus en Afrique sont bas et que les prix des téléphones mobiles sont généralement assez élevés, si les gens expriment cela dans un rapport, la différence devient encore plus grande. Par cette mesure, les prix en Afrique sont donc beaucoup plus élevés que dans d’autres parties du monde, et surtout par rapport aux pays industrialisés.

La tendance est néanmoins à un ajustement positif. Cela devient plus abordable dans la plupart des régions d’Afrique, surtout si vous regardez le prix des données par rapport au revenu national brut par habitant.

Le Malawi en est un exemple concret

Le Malawi est un exemple extrême de prix gonflés. Un gigaoctet de données mobiles ici coûte en moyenne 27,41 dollrs, selon Cable UK. Les Nations Unies recommandent que cette quantité de données ne coûte pas plus de 2 % du revenu national brut par habitant. Au Malawi, le coût équivalent est de 87 %.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Les prix du Bénin et du Tchad s’écartent également considérablement de la recommandation de l’ONU. Là aussi, l’Internet mobile est bien plus cher qu’il ne serait approprié compte tenu de la puissance économique du pays.

De nombreuses raisons aux prix élevés

Un facteur de coût majeur pour les fournisseurs est l’infrastructure. Ils ont dû passer de la 2G à la 3G à la 4G et maintenant à la 5G. Cela nécessite des investissements constants, qui doivent être refinancés. De plus, en Afrique, de nombreuses régions sont difficiles d’accès, il est particulièrement coûteux d’y installer des infrastructures. S’il n’y a qu’un ou deux fournisseurs dans un pays, ils sont peu incités à baisser les prix.

Un troisième facteur est beaucoup plus difficile à prouver avec les données. Les prix des téléphones portables dépendent également des politiques de chaque pays. Le gouvernement est-il prêt à aider les fournisseurs ? Le gouvernement est-il prêt à rendre l’accès plus abordable pour le grand public et à aider à couvrir et cela change d’un pays à l’autre ?

Espoir d’amélioration au Malawi

En août, le gouvernement du Malawi a annoncé une première étape pour relancer le marché. Le président Lazarus Chakwera a l’intention de délivrer une licence à un opérateur tiers aux côtés d’Airtel Malawi et de TNM.

Cela est lié à l’espoir que les données mobiles deviendront enfin plus abordables. Les gens n’auront alors plus à se demander s’ils peuvent se permettre d’utiliser un smartphone à tout moment.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *