Il y a une nouvelle tendance qui se prépare en Ouganda auprès de la jeune génération. On peut la trouver dans une tasse de cappuccino ou d’espresso remplie d’arômes. En effet, même s’ils sont le deuxième producteur de café du continent africain, les Ougandais sont généralement des buveurs de thé.

Cependant, les temps culturels d’aujourd’hui voient l’essor des cafés dans le pays. Pour les Ougandais, il s’agit simplement de le leur présenter d’une manière qui leur permettre de l’apprécier de différentes façons. Certains le préfèrent doux, d’autres sont des débutants et il y en a qui sont des experts qui aiment les mélanges de café plus forts.

Les exportations se développent

Comme les Ougandais n’ont pas historiquement été de grands consommateurs de café, l’industrie nationale d’exportation est impressionnante, avec plus d’un demi-million d’agriculteurs dans le pays dépendant de la production locale de café. Selon l’autorité ougandaise de développement du café, les exportations ont augmenté de 17 %, à 4,17 millions de sacs de 60 kg entre 2015 et 2018. Et un rapport du gouvernement de mai de cette année a montré que la valeur des exportations de café a connu une hausse de 18 % à 416,2 millions de dollars, au cours de l’exercice 2018-2019. Le café dans le pays était considéré comme un produit d’homme blanc et réservé aux personnes riches.

Seul 1 % des Ougandais en consommait. On assiste aujourd’hui au changement de taux de consommation de café, il passe de 1 % sur une décennie, pour revenir à près de 6 % à l’heure actuelle, ce qui est un avantage pour un producteur de café local. Cherchant à exploiter l’or liquide brun foncé et à développer l’industrie nationale du café en Ouganda, les acteurs du secteur utilise des stratégies afin d’augmenter la consommation locale. Cela devrait créer des emplois et permettre aux jeunes talents de se lancer dans cette industrie.

Enorme potentiel pour l’industrie nationale du café

La jeune génération est très enthousiaste à l’idée d’intégrer ce marché. Beaucoup d’investisseurs exportent du café à l’étranger, parce que le thé est privilégié dans le pays. Cependant, afin de soutenir l’économie locale, les Ougandais devraient participer à la croissance du pays en consommant ces produits. C’est d’ailleurs, l’avis d’un jeune avocat. Shafiq Jemba a expliqué qu’ils doivent inspirer les gens et les encourager à consommer du café en Ouganda.

En ces temps de bouleversements économiques mondiaux liés au coronavirus, l’Ouganda, qui enregistre un volume important d’exportation de café, pourrait bien faire plus afin d’insuffler de la vie à son marché intérieur et siroter une bonne tasse de cafés pour stimuler l’économie locale. L’exportation de café se développe, car cette boisson n’est pas beaucoup consommée dans le marché interne. Mais les choses pourraient changer. Les Ougandais pourraient prendre conscience du fait de l’importance de la consommation de ce produit qui les aiderait à avoir un marché local du café plus florissant. L’objectif serait d’augmenter le taux de consommation du café pour les prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *