La plus haute cour du Kenya rejette les contestations de l’élection présidentielle

Le président élu, William Ruto, a déclaré qu’il travaillerait pour servir la population kenyane, s’exprimant après que la Cour suprême du pays a confirmé sa récente victoire électorale. Le tribunal a rejeté à l’unanimité les allégations des pétitionnaires, dont le finaliste et ancien Premier ministre Raila Odinga, selon lesquelles le vote avait été truqué.

Le président élu William Ruto a salué la décision de lundi, s’engageant à servir le peuple kenyan.

Ils vraiment reconnaissants et il veut dire au peuple du Kenya et à ceux qui ont fait des efforts pour leur amener ici qu’ils ne vous laisseront pas tomber, ils travaillent dur et ils ne vous laisseront pas tomber, a-t-il déclaré.

Un résultat valide

Le tribunal composé de sept juges a jugé que les résultats de l’élection présidentielle du 9 août étaient valides en vertu de la constitution et de la loi électorale. Les juges ont également déclaré n’avoir trouvé aucune irrégularité ou illégalité significative.

Voici une vidéo en anglais relatant cette nouvelle :

La juge en chef Martha Koome a lu la décision au nom des six autres juges. Elle a rejeté huit pétitions contestant le résultat, dont celle de l’ancien Premier ministre Raila Odinga.

La pétition pour l’élection présidentielle E005 de 2022 telle que consolidée avec les pétitions présidentielles numéros E001, 2, 3, 4, 7 et 8 de 2022 est rejetée. En conséquence, ils déclarent que l’élection du premier répondant en tant que président élu est valide en vertu de l’article 143 de la constitution, a déclaré Koome.

Tous les moyens ont été mis en œuvre pour une élection transparente

Le tribunal a conclu que la commission électorale avait déployé une technologie qui identifiait correctement les électeurs, transmettait les résultats et n’était pas perturbée. Le tribunal a également déclaré que les résultats des bureaux de vote n’avaient pas été falsifiés et a constaté que Ruto avait obtenu plus de 50 % des voix, la norme requise pour que le candidat en tête évite un second tour. Koome a déclaré qu’il y avait quelques problèmes avec l’élection, mais aucun qui appellerait l’annulation de l’élection.

Bien que les pétitionnaires aient fourni de nombreux environnements pointant vers d’éventuelles irrégularités et illégalités marquées par une défaillance de la technologie, organiser la suppression des électeurs, … une mauvaise préparation de l’IEBC et de son président, des indiscrétions de la commission, des anomalies de transposition, l’absence d’agent et bien d’autres, ils sont d’avis que les irrégularités et illégalités signalées n’étaient pas d’une ampleur telle qu’elles affecteraient le résultat final de l’élection présidentielle , a déclaré le juge en chef.

L’état de droit doit prévaloir ; le tribunal a normalement le dernier mot pour faire une déclaration sur la loi du pays, mais en tant que citoyens souverains, ils ont le droit de ne pas être d’accord et de ne pas être d’accord avec beaucoup de véhémence.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.