Pourquoi le développement économique de l’Afrique met l’accent sur les questions fiscales et commerciales ?

L’Afrique connaît des changements sociaux et économiques rapides, à commencer par le continent qui s’efforce de formaliser un accord de libre-échange à l’échelle de l’Afrique, qui a le potentiel de devenir la plus grande zone de libre-échange au monde. Les nations africaines déplacent également activement leurs économies de la dépendance aux matières premières extractibles vers une orientation plus large des biens et services qui comprend les télécommunications, les médias et les services financiers.

Une énergie juvénile est un autre facteur, les trois quarts des habitants de l’Afrique ont actuellement 35 ans ou moins, le Forum économique mondial prévoyant que 40% des naissances dans le monde seront africaines d’ici 2050. Suivant le même calendrier, la population urbaine de l’Afrique devrait tripler de 2050, avec des villes intelligentes en cours de planification et de développement. 

Commerce continental : sur le point de croître

Un développement clé dans la région est l’arrivée de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA). Lancé en 2018 avec des réductions progressives du commerce à partir du 1er janvier 2021, le pacte vise à accélérer le commerce intra-africain et à renforcer la position commerciale de l’Afrique sur le marché mondial en renforçant la voix commune et l’espace politique de l’Afrique dans les négociations commerciales mondiales. L’accord vise également à sortir 30 millions de personnes de la pauvreté, à augmenter les revenus de 68 millions de personnes et à réduire les formalités administratives. 

Voici une vidéo relatant ces faits :

Avant l’AfCFTA, les entreprises souhaitant opérer sur tout le continent devaient naviguer dans un patchwork de huit pactes commerciaux différents, y compris le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA – 21 pays), la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC – 16 pays), et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO—15 pays).

Que signifie ces développements pour les entreprises ?

Cela permettra un changement profond. Pouvoir traiter l’Afrique comme un marché unique devrait permettre d’énormes économies d’échelle. Cependant, dans le même temps, cela signifie que les grandes entreprises doivent examiner attentivement leur empreinte pour prendre des décisions concernant la rationalisation de leur chaîne d’approvisionnement. Par exemple, une grande entreprise multinationale peut aujourd’hui opérer avec une usine en Afrique australe, avec d’autres usines en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord, des sites choisis dans chaque cas pour bénéficier des accords commerciaux régionaux antérieurs. Au fur et à mesure que l’AfCTFA prend forme, ces entreprises pourraient être en mesure de consolider leurs opérations pour desservir plus efficacement les marchés africains.

La rationalisation nécessitera une analyse rigoureuse des gammes de produits, des chaînes d’approvisionnement et de la production. Les entreprises devront examiner de près non seulement les taux de droits de douane, mais aussi les règles d’origine. Ils devront également examiner attentivement les classifications des marchandises classées dans une série de positions tarifaires à six à huit chiffres.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.