Comment l’Afrique du Sud tire son déploiement de vaccins du bord du gouffre ?

L’Afrique du Sud a planifié tôt son programme de vaccination contre le covid. Pourtant, les problèmes d’approvisionnement en cours et les nouvelles vagues alimentées par de nouvelles variantes ont rendu sa population vulnérable, rapporte Bibi-Aisha Wadvalla

C’est un hiver de mécontentement en Afrique du Sud. Seule une petite fraction de la population est entièrement vaccinée alors que le pays est aux prises avec une troisième vague dominée par la variante Delta de covid-19. Cela a contraint le pays à un verrouillage de « niveau 4 » d’un mois (terminé le 25 juillet) qui comprenait une interdiction de tous les rassemblements et des ventes d’alcool, des limitations des voyages interprovinciaux et des services de restauration limités aux plats à emporter.

Une hausse du nombre de cas

Le nombre d’hospitalisations est plus élevé que les deux vagues précédentes et davantage de décès sont signalés. À l’échelle nationale, il y a en moyenne 13 000 nouveaux cas quotidiens, principalement entraînés par la province de Gauteng, le centre économique du pays englobant Johannesburg et Pretoria. Début juillet, les hôpitaux du Gauteng ont manqué de lits et des patients privés dans des unités de soins intensifs ont été transportés par avion vers d’autres provinces.

Voici une vidéo relatant la décision de l’Afrique du Sud de suspendre sa vaccination :

L’augmentation rapide des cas contraste fortement avec le rythme lent du déploiement de la vaccination en Afrique du Sud, qui a été entravé par de nombreux revers. En juin, Mosa Moshabela, vice-chancelier adjoint par intérim de la recherche et de l’innovation à l’Université du KwaZulu-Natal, a qualifié les retards d’insatisfaisants, car ils indiquent un manque d’urgence.

L’évolution de la vaccination

En janvier, le ministère de la Santé a annoncé qu’il avait obtenu 12 millions de doses de vaccin de l’installation mondiale Covax, en plus de l’achat de 1,5 million de doses du vaccin AstraZeneca au début du même mois. Cela a fait de l’Afrique du Sud l’un des rares pays africains à disposer des fournitures nécessaires pour effectuer un déploiement à grande échelle.

Mais les vaccins tardent à arriver. La livraison très attendue de Covax prévue en mars n’est arrivée que la dernière semaine de juin et ne contenait que 1,4 million de doses. Et juste au moment où le vaccin AstraZeneca était sur le point d’être déployé auprès des professionnels de la santé à la mi-février, des inquiétudes ont émergé quant au fait que le vaccin pourrait ne pas être efficace contre la variante émergente bêta identifiée dans le pays.

Revers

Le gouvernement a pris la décision drastique de suspendre tout le déploiement des vaccins AstraZeneca. En 10 jours, le vaccin de Johnson & Johnson (J&J’s), qui ne faisait pas partie du plan de déploiement initial du gouvernement, a pris sa place, théoriquement dans le cadre de l’extension d’une étude ouverte déjà en cours dans le pays.

Glenda Gray, présidente du South African Medical Research Council, qui avait fait part de ses inquiétudes concernant le manque d’efficacité du vaccin AstraZeneca, a tiré parti des contacts avec J&J, avec qui le conseil s’était déjà associé au développement d’un vaccin contre le VIH, pour obtenir un million de doses de remplacement.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *