C’est l’heure de la confrontation avec la réalité au Mali

En juin 2015, les belligérants au Mali ont signé un accord de paix destiné à apporter la stabilité à la nation assiégée.

Pourtant, en mai, le pays a connu son deuxième coup d’État en neuf mois. Quelques semaines plus tôt, un ancien chef rebelle qui avait participé au processus de paix avait été assassiné. Des groupes violents, y compris ceux liés à al-Qaïda et à l’EIIL, déclenchent fréquemment des attaques dans le nord, le centre et l’est du Mali, et leur présence s’étend au sud du pays et au-delà des frontières. Pendant ce temps, la France a annoncé le retrait de l’opération Barkhane, son effort antiterroriste au Mali et au Sahel.

Le soutien de la communauté internationale

Alors que le Conseil de sécurité des Nations Unies se prépare à voter plus tard ce mois-ci sur l’opportunité de prolonger la mission de maintien de la paix des Nations Unies là-bas, il est temps de vérifier avec la réalité l’efficacité du soutien international actuel au processus de paix du pays. Le Mali a besoin de plus d’aide concrète de la communauté internationale pour surmonter les obstacles à la paix enracinés, et il en a besoin maintenant.

Voici une vidéo parlant de la situation au Mali :

Déterminer ce qu’il faut faire ensuite devrait commencer par un examen de la façon dont l’accord de paix de 2015 a été, et n’a pas, été mis en œuvre. Signé à la suite de la guerre civile du pays en 2012, l’accord était censé reconstruire une armée nationale unifiée et décentraliser le pouvoir politique et la prise de décision, ouvrant la voie à un Mali plus stable et plus sûr. Mais le processus de traduction de l’accord dans la réalité est bloqué et, au milieu des troubles politiques à Bamako, les perspectives de mise en œuvre s’estompent.

Un accord difficile à trouver

En tant qu’observateur indépendant officiel de la mise en œuvre de l’accord de paix, le Centre Carter a un aperçu direct des raisons pour lesquelles l’accord a été si difficile à réaliser ainsi que de ce qui peut être réalisé de manière réaliste, que nous avons détaillés dans nos rapports .

Bien que l’accord de 2015 soit loin d’être parfait, il contient les éléments essentiels nécessaires pour résoudre les griefs à l’origine des multiples guerres civiles du Mali depuis l’indépendance. En principe, les signataires, à la fois les gouvernements avant et après le coup d’État, ainsi que la Plateforme et la Coordination des mouvements de l’Azawad (ou CMA), le soutiennent toujours. La communauté internationale, qui a fait pression pour l’accord et s’est engagée à soutenir sa mise en œuvre, devrait maintenant se concentrer sur des mesures urgentes pour sortir de l’impasse et empêcher cet important pilier de la paix au Mali et rempart potentiel contre la contagion violente dans la région de tomber à l’eau.

L’incapacité de l’armée à sécuriser le nord du Mali et la réticence apparente à intégrer les ex-combattants du CMA et de la plateforme, comme le prescrit l’accord de paix, ont créé un vide sécuritaire dans le nord.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.