Le conflit diplomatique entre la Somalie et le Kenya s’intensifie

De nombreuses entreprises somaliennes, en particulier celles de l’industrie du voyage, disent qu’elles font déjà les frais après que le gouvernement somalien a décidé de révoquer les visas à l’arrivée pour les Kenyans.

La Somalie a coupé mardi ses relations diplomatiques avec le Kenya voisin, l’accusant de s’immiscer dans la politique. A Eastleigh, un quartier de la capitale Nairobi populaire auprès des Somaliens et des Kenyans d’origine somalienne, on craint que les relations amères entre les deux voisins affectent gravement leurs entreprises.

L’homme d’affaires Abukar Hassan Dhakane, qui travaille dans le secteur des transports depuis 16 ans, a déclaré que cela aurait un impact énorme sur eux en tant que commerçant.

La Somalie n’est-elle pas reconnaissante envers le Kenya ?

Avant les retombées, Dhakane a envoyé quotidiennement quatre avions cargo de marchandises en Somalie. Il s’inquiète de la façon dont son entreprise continuera de survivre alors que la tension diplomatique a entraîné un net déclin de son entreprise. Juliet Njau, une ressortissante kényane, a déclaré que la Somalie était ingrate pour le soutien que son pays a fourni aux réfugiés somaliens et ses efforts pour ramener la paix en Somalie.

Le Kenya a accueilli un grand nombre de réfugiés de Somalie, principalement dans le comté de Garissa, dans le nord-est du Kenya, et dans le camp de réfugiés de Kakuma. Le Kenya a perdu beaucoup de soldats combattant les islamistes d’al-Shabab. Cependant, Njau a également ajouté que le Kenya devrait respecter la souveraineté de la Somalie et arrêter l’ingérence politique.

La Somalie est libre de tracer son propre destin

Barre Ali, un Somalien vivant à Nairobi, a déclaré que la Somalie, étant un pays indépendant, est libre de prendre ses propres décisions. Ce sont les dirigeants kényans qui étaient censés faire preuve de patience et jouer un rôle de conciliation et aider à répondre aux doléances exprimées par le gouvernement somalien. Au cas où ils n’agiraient pas en conséquence, alors le gouvernement somalien en tant que nation souveraine a parfaitement le droit de prendre une telle décision, et cela entraînera de nouvelles négociations entre les deux pays.

Voici une vidéo relatant ces faits :

Ali a déclaré que même si la direction actuelle est remplacée et qu’un nouveau gouvernement prend le relais, la volonté du peuple somalien en matière de gouvernance, de primauté du droit et de respect de la souveraineté de son pays demeurera.

Recherche de réconciliation

Les observateurs pensent que les dirigeants des deux pays doivent désamorcer les tensions actuelles. Ils conseillent aux dirigeants somaliens et kényans de s’asseoir ensemble et d’aplanir leurs divergences.

Le professeur Abdiwahab Abdisamad, un universitaire kényan, a déclaré que le fossé diplomatique entre le Kenya et la Somalie oblige les deux pays à relancer les accords bilatéraux précédents. Il convient de rappeler que le gouvernement kényan n’a pas tenu à donner des commentaires sur cette décision. Il a d’ailleurs indiqué en 2019 son intention de vendre aux enchères des blocs pétroliers et gaziers. Ces liens rompus ont été rétablis en novembre de l’année dernière.

“Crédit photo www.msf.fr”

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.