Comment le Malawi a finalement aboli la peine de mort ?

Une condamnation à mort ne sera plus l’action punitive la plus extrême que l’État du Malawi puisse prendre contre un criminel, la Cour suprême du pays a statué qu’une condamnation à perpétuité derrière les barreaux témoigne des espoirs constitutionnels du pays de protéger la vie et les biens.

La décision du tribunal du jeudi 29 avril a été l’aboutissement de décennies de débat public sur la question. La peine de mort est dans les livres de la plupart des pays africains même si dans des pays comme le Nigéria et le Ghana, elle est rarement utilisée. L’Union européenne, qui s’est également félicitée de la décision, a noté qu’au cours des 10 dernières années, aucune exécution n’a eu lieu dans 163 États membres des Nations Unies, ce qui représente 84 % de leur nombre total.

Amnesty International a également déclaré à la suite de la décision que la peine de mort est le châtiment cruel, inhumain et dégradant ultime et elle n’a pas sa place dans ce monde. La peine de mort est une violation du droit à la vie et une atteinte aux droits de l’homme.

Le 22e pays africain à abolir une telle loi

Le Malawi est cependant devenu le 22e pays d’Afrique subsaharienne à abroger la loi. Ses citoyens étaient néanmoins divisés sur l’appel du tribunal ainsi que sur la justification de ses conclusions. Le tribunal était favorable à la notion de droit à la vie comme étant un droit humain fondamental sur lequel tous les autres sont fondés. Il est donc clair que l’État sanctionnant un déni du droit à la vie équivaut non seulement à une complicité morale, mais aussi à un acte inconstitutionnel.

Voici une vidéo relatant cette nouvelle :

L’opposition à la décision émanait des Malawites qui craignaient que le pire moyen de dissuasion contre la criminalité ait été supprimé. Un commentateur social, Humphrey Mvula, cité par VOA News, a exploré la possibilité que l’interdiction augmente la justice populaire. Alors que les citoyens comprennent que le crime le plus odieux n’est plus passible de la peine de mort, ils prendraient très probablement les choses en main, a fait valoir Mvula.

Une décision pas toujours très appréciée

Un groupe de défense des droits civils, tel que l’Association des personnes atteintes d’albinisme, est mécontent de la décision. Le Malawi est l’un des pays d’Afrique centrale et orientale avec une prévalence inquiétante de meurtres rituels de personnes atteintes d’albinisme. On pense que la chair des albinos confère des pouvoirs surhumains et de la chance à certains habitants.

Les partisans de l’abolition ont cependant repoussé, soulignant que la peine de mort est généralement infligée aux pauvres qui n’ont pas les moyens de se payer un avocat compétent. Il semble également que très peu de choses suggèrent que les crimes odieux sont réduits dans des juridictions telles que les États-Unis, où 29 États appliquent toujours la peine de mort.

Moussa D.

Ecole de journalisme à Tunis, je traite de beaucoup de sujets liés à l'actualité de mon continent de coeur : Economie, Marché, Politique et Santé ... je m'intéresse à tout et à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.